MACWHINNEY BRIAN (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brian MacWhinney obtient un doctorat en psycholinguistique à l’université de Californie à Berkeley en 1974. Après plusieurs années d’activité au département de psychologie de l’université de Denver, il est nommé en 1981 professeur de psychologie à l’université Carnegie-Mellon (Pittsburgh).

Ses travaux se situent principalement dans le champ de la psychologie du développement où, afin d’échapper à l’opposition classique entre nativisme et empirisme, il défend une troisième voie selon laquelle l’émergence du langage, au plan phylogénétique, ainsi que l’apprentissage du langage et des langues, au plan ontogénétique, reposeraient sur des processus émergents compétitifs de type darwinien.

À partir de 1978, il développe avec Elizabeth Bates le « modèle de compétition » selon lequel le traitement du langage en synchronie mais aussi l’acquisition de la langue maternelle et de langues secondes s’effectueraient en fonction de compétitions entre items lexicaux, formes phonologiques et structures syntaxiques. Ainsi, lorsqu’un enfant se trouve exposé de manière stable et fréquente à des items lexicaux et à des structures syntaxiques, il les intègre aisément, à la différence d’autres items et structures moins stables et fréquentes dont l’intégration et la maîtrise demeurent moins assurées.

Brian MacWhinney valide le « modèle de compétition » dans trois domaines : l’acquisition de sa langue maternelle par l’enfant ; l’acquisition des langues secondes ; et le traitement en temps réel du langage chez des sujets monolingues appartenant à une vingtaine de communautés dont les langues sont souvent fort contrastées au plan structural, tout particulièrement au niveau morphosyntaxique. Son champ d’intérêt s’est secondairement ouvert à l’étude de populations particulières : bilingues « équilibrés », enfants avec troubles spécifiques du langage (specific language impairment), adultes aphasiques…

Du point de vue méthodologique, Brian MacWhinney est le concepteur de plusieurs outils visant à faciliter la collecte et l’analyse de données, en situation écologique ou expérimentale : Childes (Child Language Data Exchange System) et TalkBank. PsyScope et E-Prime, à la conception desquels il a également participé, constituent également des aides précieuses pour la mise au point et le contrôle d’expérimentations en psychologie cognitive.

—  Jean-Luc NESPOULOUS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACWHINNEY BRIAN (1945- )  » est également traité dans :

ACQUISITION DE LA SYNTAXE

  • Écrit par 
  • Michèle KAIL
  •  • 1 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’acquisition syntaxique repensée : les recherches interlangues »  : […] Depuis plus de trente ans, l’essor des recherches interlangues a permis d’évaluer l’impact des caractéristiques typologiques des langues dans la découverte par l’enfant des structures grammaticales de sa langue et de récuser ainsi l’idée d’universalité. Au terme d’une entreprise pionnière de grande ampleur, (l’analyse d’une quarantaine de langues) Dan Slobin (1985) a proposé les principes opérati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-syntaxe/#i_56816

Pour citer l’article

Jean-Luc NESPOULOUS, « MACWHINNEY BRIAN (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brian-macwhinney/