BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une caméra qui met les spectateurs à l'épreuve

Comme David Lynch, Lars von Trier passe souvent pour cynique, car il combine de façon personnelle l'émotion avec l'ironie, les recherches de forme avec les situations dramatiques les plus outrées. Or, ici, le réalisateur danois joue complètement le jeu du mélodrame ; il lui donne un nouvel éclairage, en montre la duplicité et le sadisme sous-jacent. Son sujet de prédilection est le mécanisme fatal qui fait que les bons sentiments se retournent facilement en leurs contraires. Comment les meilleures raisons aboutissent à l'enfer, et comment la force de l'amour (« Love is a mighty power », dit Jan, « l'amour est un sacré pouvoir ») est une perpétuelle tentation pour les êtres de se manipuler les uns les autres, en se mettant réciproquement à l'épreuve. Buñuel a déjà montré, dans Nazarin (1959) et Viridiana (1961), comment une vie vécue selon les préceptes de Jésus serait un scandale qui désorganiserait toute la société, même et surtout lorsque cette société se réclame historiquement des Évangiles. Von Trier traite du même sujet mais dans l'intimité des rapports humains : il a bien vu et compris la cruauté des films de son compatriote Carl Theodor Dreyer, et nous met face à des personnages dont nous ne pouvons pas apprécier la part de perversité ou de folie. Bess croit-elle réellement au Dieu qu'elle fait parler ? Jan veut-il tester l'amour de Bess afin de détruire celle-ci, et de l'entraîner dans sa propre ruine ? Nous ne pouvons le savoir, pas plus peut-être que les personnages ne le savent eux-mêmes.

Les héroïnes de von Trier s'avèrent souvent des femmes au cœur fort qui se piègent et piègent les autres aux jeux de la passion. Leur humilité est une forme suprême d'orgueil. Bess a l'outrecuidance de parler avec Dieu lui-même, de donner une voix à ce dernier, et de jouer avec lui à un défi destructeur.

La grande force du réalisateur, ce qui lui permet de créer l'émotion, est son sens des acteurs : actrice de théâtre novice au cinéma, l'anglaise Emily Watson est une Bess bouleversante qui éclaire l'ambiguïté du personnage, t [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/breaking-the-waves/