BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis son premier long-métrage, Element of Crime (Forbrydelsens element, 1984), suivi d'Epidemic (1987) et d'Europa (1991), trois films partiellement ou totalement en noir et blanc, le réalisateur danois Lars von Trier, né en 1956, s'était fait remarquer pour son goût « maniériste » des exercices de style formels, qui s'expriment dans des films très apprêtés, remplis de références cinéphiliques et dénués de sentimentalisme. Aussi est-ce une surprise lorsqu'on le découvre capable d'écrire et de diriger un drame aussi prenant que Breaking the Waves. Après le succès de cette œuvre, il réalise deux autres mélodrames dont les héroïnes sont des femmes que l'on croit sacrificielles : la comédie musicale Dancer in the Dark (2000), primée à Cannes, avec la chanteuse Björk, et l'étonnant Dogville (2004) qui est comme le revers diabolique des deux films précédents, en montrant comment ce statut de victime peut être une sorte de manipulation orgueilleuse des rapports humains.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/breaking-the-waves/