BOUN OUM (1911-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mêlé, comme chef de l'extrême droite, à la vie politique laotienne pendant près de quarante ans, le prince Boun Oum a été un des grands vaincus de la guerre d'Indochine.

Issu d'une des deux familles souveraines du Laos, Boun Oum, né le 11 décembre 1911, était le fils du Chao (prince) Nhouy qui, en 1899, avait succédé à son père comme prince et gouverneur du Bassac (ou Champassak). Après des études secondaires au lycée français de Saigon, il entre dans l'administration coloniale où il occupe des emplois de commis et de secrétaire avant d'accéder aux fonctions de chef de district.

Peu intellectuel, il ne fréquentait guère la petite intelligentsia lao où déjà le nationalisme se manifestait.

Lorsque, en mars 1945, les Japonais renversent l'administration française au Laos, Boun Oum rejoint les guérillas et la résistance du sud du Laos où, avec des unités franco-laotiennes, il tiendra jusqu'à la capitulation nippone. Le Bassac devient alors la base de la reprise en main du Laos par les Français. C'est de Pakse, sa capitale, qu'ils partiront pour reprendre Vientiane et en chasser le gouvernement nationaliste Lao Isara (antifrançais, pro-thaï et pro-vietnamien) qui s'y était constitué en septembre 1945.

Pour récompenser de sa fidélité le roi de Luang Prabang, la France va réaliser au profit de celui-ci l'unification du Laos. Boun Oum accepte de se sacrifier. Par le modus vivendi franco-laotien du 27 août 1946, l'ensemble du Laos (y compris le Bassac) est placé sous l'autorité directe du roi. Mais s'il doit ainsi « renoncer à faire valoir ses droits de souveraineté sur le Champassak », Boun Oum conserve le titre héréditaire de Chao et il est nommé à vie inspecteur général du royaume, dont il sera ainsi le second personnage.

Le nationalisme progresse néanmoins au Laos comme dans le Vietnam voisin. Pour négocier un traité qui donne aux Laotiens quelques satisfactions en ce domaine, les Français ont besoin d'un homme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)

Classification

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, « BOUN OUM (1911-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boun-oum/