SOUVANNA PHOUMA (1901-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 7 octobre 1901, le prince Souvanna Phouma est le fils du prince Boun Khong (« second roi », ou Maha Oupahat, de Luang Prabang) et de la princesse Thongsy, de la famille royale régnante. Après des études supérieures en France, il revient en 1931 au Laos et travaille à la direction des Travaux publics, il accède ainsi au groupe des hauts fonctionnaires de l'Indochine.

Souvanna Phouma entre en politique en 1945. Avec son demi-frère cadet, le prince Souphanouvong, il est en octobre 1945 membre du premier gouvernement de l'« État du Laos » (Pathet Lao). En 1946, la France organise et unifie le Laos, dont le roi Sisavang Vong de Luang Prabang devient en 1946 le souverain. Une Constitution est promulguée en mai 1947, une Assemblée législative élue, un gouvernement royal formé qui, le 19 juillet 1949, conclut avec la France une convention par laquelle l'indépendance du Laos est reconnue dans le cadre de l'Union française ; Souvanna Phouma juge cet accord acceptable. Il est bientôt ministre des Travaux publics dans le gouvernement que préside Phoui Sananikone, et il succède à celui-ci, en novembre 1951, comme Premier ministre. Il doit alors faire face à la menace politique et militaire de son frère Souphanouvong qui, depuis qu'il a créé en août 1950 le mouvement « Pathet Lao », s'est établi, avec le soutien de Hô Chi Minh, sur la frontière orientale. Souvanna Phouma obtient de la France, par le traité du 22 octobre 1953, l'indépendance totale du Laos (dans l'Union française). Mais le traité est assorti d'un accord de défense franco-lao : l'armée française reste au Laos. À la conférence de Genève, qui, en juillet 1954, met fin à la première guerre d'Indochine, le gouvernement royal de Vientiane est reconnu comme le seul pouvoir légitime au Laos, et le pays, que doivent évacuer toutes les forces étrangères (sauf les Français), échappe ainsi à tout partage.

En attendant un règlement politique, le Pathet Lao s'est vu en effet attribuer deux provinces pour le regroupement de ses forces. Or, considérant sa légitimité égale à celle du gouvernement royal, il ne veut négocier avec celui-ci que sur une base de stricte égalité. Souvanna Phouma, admet une telle position, car il recherche une réconciliation et une coopération entre Laotiens. Il pense qu'en intégrant le Pathet Lao au système national, et en adoptant, sur le plan extérieur, une politique de stricte neutralité, on le détournera de l'influence de Hanoi. Mais cette attitude neutraliste est mal vue à Vientiane et surtout à Washington. Souvanna Phouma doit démissionner (oct. 1954). Son successeur, Katay D. Sasorith, préfère forcer le Pathet Lao à se soumettre à un régime « à l'occidentale », où la majorité politique impose ses vues à la minorité. Il organise, en décembre 1955, des « élections générales », mais le Pathet Lao les boycotte et l'impasse reste totale. L'Assemblée nationale s'en rend compte : Katay doit se retirer, et Souvanna Phouma est appelé de nouveau à former le gouvernement (21 mars 1956).

Il reprend immédiatement les négociations avec Souphanouvong qui, pour faciliter un compromis, a créé une formation politique, le Front patriotique laotien (Neo Lao Haksat). En août 1956, un accord de principe est conclu : un gouvernement d'union nationale sera formé, qui pratiquera une politique extérieure de neutralité. Pékin et Hanoi donnent des assurances. Ce n'est cependant qu'en novembre 1957 que sera constitué le gouvernement d'union nationale, où Souphanouvong est ministre du Plan.

Renversé dès juillet 1958 par la droite et nommé ambassadeur à Paris (où il restera près de deux ans), il va assister, impuissant, à la reprise de la guerre civile. Il revient brièvement au pouvoir d'août à décembre 1960. Finalement, en juin 1961, les États-Unis et l'U.R.S.S. conviennent de laisser se reconstituer un gouvernement de coalition et d'union dans un Laos dont ils acceptent la neutralité. Les trois princes, Souvanna Phouma, Souphanouvong et Boun Oum (du Bassac), s'entendent, et le premier reprend, en juin 1962, la tête du gouvernement d'union nationale.

De 1962 à 1975, Souvanna Phouma. sera le chef du gouvernement royal du Laos, un gouvernement que la gauche quitte dès septembre 1963, estimant sa sécurité menacée, dan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)

Classification

Autres références

«  SOUVANNA PHOUMA (1901-1984)  » est également traité dans :

BOUN OUM (1911-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 090 mots

Mêlé, comme chef de l'extrême droite, à la vie politique laotienne pendant près de quarante ans, le prince Boun Oum a été un des grands vaincus de la guerre d'Indochine. Issu d'une des deux familles souveraines du Laos, Boun Oum, né le 11 décembre 1911, était le fils du Chao (prince) Nhouy qui, en 1899, avait succédé à son père comme prince et gouverneur du Bassac (ou Champassak). Après des études […] Lire la suite

KAYSONE PHOMVIHANE (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 218 mots

Homme politique laotien. Né le 13 décembre 1920 à Savannakhet, d'un père fonctionnaire de l'administration coloniale, Kaysone Phomvihane a fait ses études secondaires et supérieures à Hanoi où, dès 1942, il milite avec les associations clandestines de gauche. En septembre 1945, Hô Chi Minh l'envoie organiser le mouvement d'indépendance à Savannakhet. Il y rencontre, dès octobre, le prince Souphan […] Lire la suite

LAOS

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Madeleine GITEAU, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Paul LÉVY, 
  • Christian TAILLARD
  •  • 20 134 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'indépendance et l'unité »  : […] À la capitulation japonaise, Pethsarath réaffirma (1 er  sept. 1945), la déclaration d'indépendance. Il annonça le 14 septembre l'unification du pays par réunion du royaume de Luang Prabang et des quatre provinces du Sud. Un Comité du peuple laotien, réuni à Vientiane, adopta, le 12 octobre, une Constitution du Laos unifié et, le même jour, fut formé un gouvernement provisoire de l'État lao ( Path […] Lire la suite

PHOUMI VONGVICHIT (1909-1994)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 080 mots

Une des grandes figures qui ont marqué la vie politique laotienne pendant quatre décennies, la lutte pour l'indépendance du pays et l'instauration d'un régime socialiste, Phoumi Vongvichit s'est éteint à Vientiane, le 7 janvier 1994. Il fut, durant toute sa vie active, le second du leader de la gauche laotienne, le prince Souphanouvong, dont il resta jusqu'au bout l'homme de confiance. Né le 6 av […] Lire la suite

SOUPHANOUVONG (1909-1995)

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 574 mots
  •  • 1 média

Leader presque aussi populaire dans la péninsule indochinoise que le fut Hô Chi Minh, Souphanouvong, le « prince rouge », a étudié au lycée Louis-le-Grand et à l'École des ponts et chaussées de Paris, dont il sort diplômé en 1937 ; revenu au Laos en 1938, il s'y marie avec une Vietnamienne, allant contre tous les préjugés locaux. Fils du vice-roi du Laos, frère de Suvanna Phuma, il milite activeme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, « SOUVANNA PHOUMA (1901-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/souvanna-phouma/