BOMILCAR (mort en 308 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Forme latinisée du nom phénicien Bdmlqrt, qui signifie « dans la main de Melqart ». Le nom de Bomilcar est fréquent à Carthage et fut porté par plusieurs personnages importants, en particulier par un homme politique, mort en ~ 308. D'origine noble, il appartenait probablement à la maison de Hannon Ier le Grand. En ~ 310, Agathocle débarque au cap Bon ; c'était la première fois qu'un envahisseur prenait pied sur le territoire punique, et rien n'était prévu pour faire face à cette éventualité. Le Conseil des anciens désigna deux généraux appartenant à des familles rivales, Hannon et Bomilcar. Celui-ci comptait profiter des circonstances pour s'emparer de la dignité royale qu'avaient revêtue plusieurs de ses ancêtres, mais dont le titulaire était alors un de ses cousins nommé Amilcar, qui commandait l'armée punique de Sicile. D'après l'historien grec Diodore de Sicile, Bomilcar se débarrassa de son collègue Hannon en le laissant volontairement écraser dans une bataille que les deux généraux livrèrent aux Grecs. Le roi Amilcar ayant été pris et mis à mort en Sicile, Bomilcar fut proclamé roi et reçut le commandement en chef de toutes les armées. Il tenta alors un coup d'État pour supprimer les règles constitutionnelles qui limitaient le pouvoir royal. Ses troupes, composées surtout de mercenaires, pénétrèrent dans la ville ; il espérait que les classes populaires, qui lui avaient déjà manifesté leur sympathie, l'aideraient à établir une tyrannie de type grec, c'est-à-dire une dictature populaire opposée aux riches. Mais Aristote note l'antipathie des Carthaginois pour ce régime. Effectivement, le peuple, loin de se rallier à Bomilcar, contribua à écraser ses troupes dans les combats de rue. Le roi fut pris vivant et, après de longues tortures, crucifié sur la place publique. Il eut l'énergie, avant d'expirer, de reprocher à ses compatriotes leur perfidie et leur ingratitude vis-à-vis de leurs dirigeants.

—  Gilbert-Charles PICARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOMILCAR (mort en 308 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD
  • , Universalis
  •  • 9 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les guerres contre les Grecs »  : […] En 480, Carthage, battue à Himère par Gelon, tyran de Syracuse, évacue la Sicile à l'exception de Motye, tandis que la flotte perse, en grande partie formée de contingents phéniciens, est écrasée à Salamine. Les rois Magonides se replient sur l'Afrique et mettent leur territoire en valeur. Le roi Hannon dirige deux expéditions maritimes de prospection, l'une vers l'Afrique tropicale, l'autre vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carthage/#i_1346

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « BOMILCAR (mort en 308 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bomilcar/