BEZYMIANNYÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Volcan composé situé au centre du Kamtchatka, le Bezymiannyï fait partie du groupe volcanique de Klioutchevskaïa Sopka (péninsule du Kamtchatka, Russie extrême-orientale) et culminait à 3 085 mètres d'altitude (2 800 m seulement depuis l'éruption de 1956). Il est situé sur un arc-cordillère dû à la subduction de la plaque Pacifique, sous la plaque Amérique du Nord (bloc d’Okhotsk).

En forme de cône aigu d'origine extrusive, il est situé sur la pente sud d'un volcan éteint (le Kamen). C'est une épaisse masse extrusive d'andésite à hornblende et hypersthène, qui possède sur les flancs sud et ouest des rangées de dômes extrusifs latéraux. Sa base est recouverte de dépôts pyroclastiques.

Sa première éruption historique (1956), de type explosif, entraîne la formation d'une caldera sommitale et d'un nouveau dôme basal de 320 mètres de hauteur, auquel se joint en automne un dôme adventif de 260 mètres. Elle débute par une explosion, qui crée un « champignon » haut de 35 kilomètres. Les cendres recouvrent alors une aire nord - nord-est de 400 kilomètres de longueur et de 100 à 150 kilomètres de largeur. Les lahars, nombreux en ce pays couvert de neige, dévastent une surface de 500 kilomètres carrés. Finalement, une nuée ardente, expulsée du volcan à une vitesse estimée à 500 ou 600 mètres par seconde et sous une pression de 3 000 atmosphères, recouvre 60 kilomètres carrés sur une épaisseur de 30 mètres. Elle ne commence à se figer qu'à 5 kilomètres du volcan pour s'arrêter à une distance de 18 kilomètres.

Après une phase de repos, l'activité a repris en 1965. Depuis lors, le Bezymiannyï est en état d'éruption quasi continuelle.

—  Alain Gil MAZET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BEZYMIANNYÏ  » est également traité dans :

VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • Jean-François LÉNAT, 
  • Haroun TAZIEFF, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 516 mots
  •  • 38 médias

Dans le chapitre « Coulées de laves »  : […] Il est évident que la vitesse des coulées et leurs dimensions horizontales sont d'autant plus grandes que la fluidité de la lave est plus élevée (ou, ce qui revient au même, que sa viscosité est plus basse). L'épaisseur des coulées est, en revanche, fonction directe de la viscosité. Ainsi, les basaltes, émis à des vitesses pouvant dépasser, exceptionnellement toutefois, 80 km/h, coulent généralem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volcanisme-et-volcanologie/#i_47303

Pour citer l’article

Alain Gil MAZET, « BEZYMIANNYÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bezymiannyi/