BÉROALDE DE VERVILLE FRANÇOIS BROUARD dit (1556-env. 1629)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connu surtout comme l'auteur présumé d'un livre qui a obtenu un succès durable, le Moyen de parvenir, Béroalde de Verville a par ailleurs publié des ouvrages nombreux et variés, injustement méprisés. Il est successivement « un étudiant humaniste ; un poète famélique en quête de mécène » ; puis, après avoir abjuré le protestantisme, « un soldat poète dans le goût de [...] d'Aubigné ; un chanoine curieux et facétieux dans la tradition des gens d'Église satiriques... » (V.-L. Saulnier) ; il est aussi médecin, se passionne pour la science et s'intéresse à l'alchimie. Son œuvre comprend des recueils de poésie, poésie galante quasi précieuse (Les Soupirs amoureux, 1583) et grande poésie, de très haute tenue, philosophique et religieuse (Les Cognoissances nécessaires et La Muse coeleste, 1583) ou politique (L'Idée de la république, 1583). On y trouve aussi des traités de sagesse et d'honnêteté : Dialogue de l'honneste amour, Dialogue de la bonne grâce (1583), Dialogue de la vertu (1584), De la sagesse, livre premier. Auquel il est traicté [déjà !] du moyen de parvenir au parfaict estat de bien vivre (1593). Béroalde a écrit des romans où alternent des parties narratives en prose et des parties lyriques en vers et dans lesquelles se manifeste un goût remarquable pour l'analyse psychologique : Les Aventures de Floride (1593-1596), La Pucelle d'Orléans (1599), L'Histoire véritable ou le Voyage des princes fortunez (1610). Il a enfin créé des mélanges curieux qui allient le sérieux de la réflexion savante et l'agrément du dilettantisme : Le Cabinet de Minerve (1596) et Le Palais des curieux (1612). Le chef-d'œuvre de Béroalde, dont aucun argument solide n'autorise à lui renier la paternité, demeure Le Moyen de parvenir. Œuvre contenant la raison de tout ce qui a esté, est, et sera... (1610 ?). Il s'agit d'« une longue suite d'anecdotes souvent gauloises, débitées sans souci d'enchaînement logique, et souvent en coq-à-l'âne, par un certain nombre de compères réunis en un banquet » (Saulnier). On y dénombre plus de quatre cents personnages, légendaires ou historiques, anciens [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  BÉROALDE DE VERVILLE FRANÇOIS BROUARD dit (1556-env. 1629)  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 21 216 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Romans et contes  »  : […] Chez Rabelais (env. 1484-1553), l’heure est d’abord à l’euphorie. En témoigne la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, insérée dans le roman qui porte le nom de ce dernier, et qui est un hymne à la Renaissance des lettres sous François I er . Tout en se mettant à l’école de Lucien de Samosate et d’ Érasme , pour ne rien dire de Teofilo Folengo , Rabelais appartient au départ à la famille fr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « BÉROALDE DE VERVILLE FRANÇOIS BROUARD dit (1556-env. 1629) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beroalde-de-verville/