BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936]Les nazis et l'olympisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Complicités et naïvetés

Les nazis ont annexé les Jeux de 1936 pour glorifier leur régime et sont parfaitement parvenus à leurs fins. Leur stratégie, fondée sur la duperie, s'avéra certes très au point, mais le triomphe nazi ne fut possible que grâce à la naïveté – voire à la complicité – des instances sportives internationales et du C.I.O., mais aussi des politiciens.

Helene Mayer, 1936

Photographie : Helene Mayer, 1936

Helene Mayer, médaillée d'argent de la compétition de fleuret aux jeux Olympiques de Berlin en 1936, contrainte de faire le salut nazi sur le podium. Championne olympique en 1928, elle fut exclue de son club d'escrime en 1933 à la suite des mesures antijuives imposées par les nazis. Partie... 

Crédits : Library of Congress, Washington D.C.

Afficher

Quand les nazis entament leurs grandes manœuvres en vue des Jeux, le contexte politique international est plutôt propice pour que leur entreprise ne soit guère contrariée. En effet, de nombreux pays sont en proie à des problèmes internes et ne se soucient pas suffisamment de la montée en puissance du Reich et de la diffusion des idéaux barbares. Le Royaume-Uni est ébranlé par le futur mariage du roi Édouard VIII avec une Américaine divorcée, Wallis Simpson, qui provoquera l'abdication du monarque ; le Premier ministre Stanley Baldwin, affaibli, démissionnera en 1937. En Espagne, le Frente popular arrive au pouvoir en février 1936, le pronunciamiento du général Franco marquera bientôt le début de la guerre civile. En France, la période est agitée depuis les troubles occasionnés par l'extrême droite en 1934 ; le Front populaire arrive au pouvoir en mai 1936. L'Italie fasciste ne conteste bien sûr pas la légitimité nazie. Aux États-Unis, on se remet à peine de la Grande Dépression et les affaires européennes ne constituent pas la priorité du moment. En outre, en Europe, de nombreux politiciens conservateurs ne sont pas fâchés des rudes coups portés aux communistes en Allemagne, alors que l'Église catholique se satisfait du concordat signé en 1933 avec l'Allemagne nazie...

Les politiciens du monde entier ne se préoccupent donc guère des questions olympiques. Néanmoins, en France, le Parlement débat au sujet de l'octroi des subventions qui permettront aux sportifs français de se rendre aux Jeux de Berlin : le gouvernement de Front populaire se déclare favorable à ces subventions et tous les députés, à l'exception de Pierre Mendès France, votent les subventions, entérinant donc la participation des Français aux Jeux de Berlin.

La responsabilité du mouvement olympique est également engagée. Henri de Baillet-Latour adresse certes de nombreuses mises en garde au führer au sujet du respect de la Charte olympique et du protocole, mais il se satisfait à chaque fois des réponses, verbales ou écrites, du chancelier du Reich, et de quelques petites reculades nazies. Pourtant, dès le mois de mai 1933, Henri de Baillet-Latour écrit à tous les membres du C.I.O. et leur confie ses inquiétudes concernant les Jeux de Berlin. Il évoque certes les « mesures d'exception » prises par le nouveau régime à l'encontre de certains sportifs (les Juifs), mais il déplore surtout que celles-ci soient rapportées dans la presse internationale, que des fédérations de sports s'insurgent contre ces dispositions, déclenchant un mouvement hostile aux Jeux de Berlin ; il se félicite que le C.I.O. ne soit jusque-là pas intervenu dans le débat, s'inquiète de l'opposition que dix-huit universités allemandes, noyautées par les organisations étudiantes nazies, manifestent vis-à-vis de la tenue des Jeux dans l'Allemagne nouvelle... Le fond de la lettre du comte est tristement édifiant : il ne propose nullement que les Jeux soient transférés, bien au contraire. Il invite les membres du C.I.O., qui doit tenir session au début du mois de juin 1933 à Vienne, à conforter le choix de Berlin tout en rappelant au chancelier du Reich la lettre de la Charte olympique : « Ils [les Jeux] doivent réunir les amateurs de toutes les nations du monde sur un pied d'égalité aussi parfait que possible, c'est-à-dire qu'ils n'ont aucun caractère politique, racique (sic), national ou confessionnel. » Il indique néanmoins qu'« au cas où ces conditions ne recevraient pas l'approbation du chancelier, il serait préférable que la Ville de Berlin retire sa candidature ». Hitler déclarera approuver les conditions du C.I.O., et le mouvement olympique sera content...

Au début de 1936, Baillet-Latour s'inquiète, car de nombreuses affiches à caractère antisémite étaient visibles aux Jeux d'hiver de Garmisch-Partenkirchen, et proteste : la plupart des affiches antisémites disparaissent des rues de Berlin. Baillet-Latour, plus naïf que complice, souhaitait avant tout préserver l'unité du mouvement olympique, dont le dogme est la totale dissociation entre sport et politique. Il porte néanmoins u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Helene Mayer, 1936

Helene Mayer, 1936
Crédits : Library of Congress, Washington D.C.

photographie

Olympia (Les Dieux du stade), Leni Riefenstahl, 1938

Olympia (Les Dieux du stade), Leni Riefenstahl, 1938
Crédits : Daco-Verlag/ Leni Riefenstahl

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-jeux-olympiques-de-1936-les-nazis-et-l-olympisme/