MALON BENOÎT (1841-1893)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille de journaliers, Benoît Malon, dès l'âge de sept ans, travaille aux champs. Autodidacte, il monte à Paris en 1863 et se fait embaucher dans une teinturerie de Puteaux ; il y anime en 1866 la grande grève des ouvriers teinturiers. Adhérent à l'Internationale dès la création de la section parisienne, il est aussi un partisan de la coopération : la coopérative ouvrière de production et de consommation lui apparaît comme l'arme privilégiée d'émancipation du prolétariat. Lorsque, à la même époque, se crée une « Société civile d'épargne, de crédit mutuel et de solidarité des ouvriers de fabrique de Puteaux, Suresnes et pays environnants », Malon en est l'âme. La Société se transforme en 1867 en une société de coopération, La Revendication de Puteaux, Suresnes, Clichy et Courbevoie, et Malon est élu vice-président. Propagandiste inlassable, il est un des artisans de l'extension des sections de l'Internationale en France ; il est délégué au Ier congrès de l'Internationale à Genève, puis à Bâle. À cette époque il semble assez proche de Bakounine. Les procès que l'Empire déclinant intente à l'Internationale entraînent pour Malon amendes et emprisonnements. Le 4 septembre 1870, le soulèvement parisien le tire de prison. Adjoint au maire du XVIIe arrondissement de Paris, il est député à l'Assemblée nationale, mais démissionne après avoir voté contre les préliminaires de paix avec l'Allemagne. Élu de la Commune, il siège à la Commission du travail, de l'industrie et des échanges, rallie la minorité sur la question du Comité de salut public et, pendant la Semaine sanglante, organise la défense des Batignolles. Poursuivi, il passe en Suisse, où il adhère à la section centrale de l'Internationale de tendance marxiste. Écrivant alors son histoire de la Commune, La Troisième Défaite du prolétariat français, il tente de jouer un rôle de conciliateur entre marxistes et anarchistes, mais contraint de choisir il opte pour la Fédération jurassienne de tendance anarchiste. C'est au cours de séj [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MALON BENOÎT (1841-1893)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 467 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La paix des ruraux »  : […] Le 31 octobre, jour où le peuple de Paris apprend l'échec de la sortie du Bourget, la capitulation de Metz et les négociations de paix, les gardes nationaux, à l'instigation des comités de vigilance, demandent la déchéance du gouvernement du 4 septembre aux cris de « Vive la Commune ! ». Le 7 janvier, L'Affiche rouge , rédigée en partie par Jules Vallès au nom du Comité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_4945

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Les terrains d'élection »  : […] Pourtant, en dépit des apparences, le réformisme n'a cessé de gagner du terrain au sein du mouvement socialiste . En France, les socialistes modérés groupés autour de Paul Brousse veulent « fractionner le but idéal en plusieurs étapes sérieuses, immédiatiser en quelque sorte quelques-unes de [leurs] revendications pour les rendre enfin possibles  » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_4945

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « MALON BENOÎT - (1841-1893) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-malon/