JACQUOT BENOIT (1947-    )

Né en 1947, cinéphile, assistant (notamment de Marguerite Duras), réalisateur à la grande époque de l'Institut national de l'audiovisuel où il signe un documentaire sur Jacques Lacan en 1974, Benoît Jacquot est, depuis cette date, le cinéaste français qui tourne le plus : téléfilms (de l'adaptation du chapitre iii de L'Amérique de Kafka – Une villa aux environs de New York, 1983 – au « prime time » de prestige – Princesse Marie, 2004, sur la vie de Marie Bonaparte – en passant par le romanesque en costumes de La Vie de Marianne, 1994, d'après Marivaux), documentaires (Merce Cunningham, 1982), adaptations de one-man-show (Fabrice Luchini : Voyage au bout de la nuit, 1984, et Par cœur, 1998), mises en scène théâtrales filmées pour la télévision (Elvire Jouvet 40, 1987, La Place royale de Corneille, 1994, ces deux pièces dans la mise en scène de Brigitte Jaques), pièces directement découpées pour le grand écran (La Fausse Suivante, 2004) et même opéras (Tosca, 2001). Il a également mis en scène Werther, de Jules Massenet, au Royal Opera House de Londres, une production reprise à l’Opéra-Bastille de Paris en 2010. Benoît Jacquot est un homme de culture qui sait mettre son savoir-faire au service des plus remarquables créations littéraires et des arts du spectacle avec une intelligence, un sens plastique et une pédagogie uniques à ce jour.

Sophie Koch et Rolando Villazon

Sophie Koch et Rolando Villazon

photographie

La mezzo-soprano Sophie Koch (Charlotte) et le ténor Rolando Villazón (Werther) dans une production de Werther de Jules Massenet, mise en scène par Benoit Jacquot et dirigée par Antonio Pappano, au Covent Garden de Londres (2011). Les opéras renouvellent parfois leur lecture des œuvres à... 

Crédits : Robbie Jack/ Corbis

Afficher

Dans le cinéma de fiction, Benoît Jacquot édifie également une œuvre transversale passionnante parce qu'elle croise bien des chemins, fraye des voies peu fréquentées sur le front de la tradition comme des avant-gardes, allant des classiques films de divertissement à l'esthétique propre aux essais personnels. L'Assassin musicien (1975) et surtout Les Enfants du placard (1977), ses deux premiers longs-métrages, sont d'exigeants films d'auteur inspirés par les théories lacaniennes, l'inconscient intervenant aussi bien au niveau de la psychologie des personnages que dans le décryptage de l'œuvre dont le langage se réfère à Bresson par sa tendance à l'épure et sa manière d'atteindre directement le sens second de l'anecdote. Mais Les Ailes de la colombe (1981), d'après He [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification


Autres références

«  JACQUOT BENOIT (1947- )  » est également traité dans :

LES ADIEUX À LA REINE (B. Jacquot)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 033 mots

Benoît Jacquot est né à Paris en 1947. Cinéphile passionné par Fritz Lang, Mizoguchi ou Jacques Tourneur, il travaille très tôt dans le cinéma, aussi bien comme stagiaire sur des films commerciaux, que comme ami et proche collaborateur de Marguerite Duras (Nathalie Granger, India Song), ou réalisateur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-adieux-a-la-reine/#i_50080

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des cinéastes à l'opéra »  : […] Benoit Jacquot apparaît comme l'un de ses héritiers. Sa version de Werther de Jules Massenet (présentée à Covent Garden en 2004, puis à l'Opéra-Bastille en 2010) atteste, elle aussi, d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_50080

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « JACQUOT BENOIT (1947-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoit-jacquot/