Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JOHNSON BEN (1961- )

La carrière sportive – la vie ? – de Ben Johnson pourrait se résumer à quatre tristes journées : du 24 au 27 septembre 1988, cet athlète canadien est passé du statut de star du sport mondial à celui de paria. Le nom de Ben Johnson demeure en effet associé à la plus médiatique affaire de dopage aux jeux Olympiques, à l'un des plus grands scandales de l'olympisme.

Benjamin Sainclair Johnson, avant-dernier d'une famille pauvre de dix enfants, est né le 30 décembre 1961 à Falmouth, sur la côte nord de la Jamaïque. Son enfance est marquée par la misère ; sa mère part en 1970 pour le Canada avec sa progéniture afin de tenter de fuir cette pénible condition. Mais, à Toronto, la vie demeure difficile, la famille Johnson ne mange pas tous les jours à sa faim. Le jeune Ben Johnson découvre le sport en compagnie d'un de ses frères aînés. Il s'initie à l'athlétisme à seize ans, court des épreuves de sprint et réalise d'étonnantes performances sur les pistes en cendrée. Charlie Francis, un ancien champion de seconde zone devenu récemment entraîneur d'athlétisme, repère ce jeune garçon frêle (1,62 m, 42 kg) et décide de le prendre sous sa coupe : avant de songer à le faire progresser sur les pistes, il convient de le nourrir à sa faim ; Charlie Francis l'aide financièrement et règle sur ses propres deniers tous les repas de son élève. Ben Johnson est doté d'une explosivité naturelle qui lui permet de réaliser de bonnes performances sur les distances très courtes (60 mètres), mais sa faible musculature ne l'autorise pas à conserver cette vitesse et à briller sur 100 mètres. L'entraîneur met alors au point un programme de préparation destiné à durcir les muscles de son élève : Johnson s'étoffe (1,75 m, 62 kg à dix-huit ans), approche les 10 secondes sur 100 mètres. En 1982, lors des Jeux du Commonwealth de Brisbane, il se classe deuxième du 100 mètres (10,05 s), derrière le champion olympique écossais Allan Wells (10,02 s), et obtient une autre médaille d'argent, dans le relais 4 fois 100 mètres. Pourtant, en 1983, il traverse comme une ombre les premiers Championnats du monde d'athlétisme d'Helsinki (élimination en demi-finale), lesquels voient l'avènement de Carl Lewis. Il est néanmoins retenu dans l'équipe du Canada pour les jeux Olympiques de Los Angeles, en 1984. En Californie, il obtient la médaille de bronze dans le 100 mètres (10,22 s), derrière les Américains Carl Lewis (9,99 s) et Sam Graddy (10,19 s), tout comme dans le relais 4 fois 100 mètres. Ces performances marquent le début d'une formidable ascension : en 1985, Ben Johnson remporte le 60 mètres aux Championnats du monde en salle de Paris-Bercy (6,62 s), devant Sam Graddy (6,63 s). Le Canadien continue de progresser, et ses performances de l'été de 1986 le posent en rival direct de Carl Lewis : début juillet, aux Goodwill Games de Moscou, il survole le 100 mètres qu'il remporte en 9,95 secondes, alors que Carl Lewis est troisième (10,06 s) ; quelques jours plus tard, aux Jeux du Commonwealth d'Édimbourg, il s'adjuge la médaille d'or sur 100 mètres (10,07 s), loin devant l'Anglais Linford Christie (10,28 s), comme dans le relais 4 fois 100 mètres.

Le 100 mètres des Championnats du monde de Rome, en 1987, constitue le premier réel épisode du duel Lewis-Johnson. Devant une foule médusée, Johnson, puissant (1,78 m, 78 kg) et véloce, écrase la course : en 9,83 secondes, il pulvérise le record du monde de l'Américain Calvin Smith (9,93 s) et relègue Lewis, qui court pourtant plus vite que jamais (9,93 s), à 1 mètre. La revanche est programmée pour les jeux Olympiques de Séoul, en 1988. Le samedi 24 septembre 1988, Johnson confirme sa supériorité : il remporte le 100 mètres en battant de nouveau le record du monde (9,79 s) ;[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • JEUX OLYMPIQUES

    • Écrit par Jean DURRY, Universalis, Pierre LAGRUE, Alain LUNZENFICHTER
    • 15 675 mots
    • 12 médias
    Le scandale éclate à l'issue du 100 mètres. Le 25 septembre, le Canadien Ben Johnson remporte l'épreuve en pulvérisant le record du monde (9,79 s). Deux jours plus tard, le CIO annonce qu'il a été contrôlé positif au stanozolol, un stéroïde anabolisant. Il est disqualifié pour dopage et exclu des...
  • JEUX OLYMPIQUES - (repères chronologiques)

    • Écrit par Universalis, Pierre LAGRUE
    • 918 mots

    16-23 juin 1894 Tenue à la Sorbonne à Paris du Congrès international pour le rétablissement des jeux Olympiques ; sous l'impulsion de Pierre de Coubertin, la naissance des jeux Olympiques de l'ère moderne est entérinée.

    6-16 avril 1896 Iers jeux Olympiques de l'ère moderne à Athènes....

  • LEWIS CARL (1961- )

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 1 936 mots
    • 1 média
    Mais Carl Lewis voit se dresser face à lui un nouveau rival, leCanadien Ben Johnson. Le 100 mètres masculin constitue ainsi le sommet des Championnats du monde de Rome, en 1987. Qui est l'« homme le plus rapide du monde » ? La réponse est sans équivoque : une fin de course exceptionnelle permet à Ben...
  • SÉOUL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1988] - Chronologie

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 3 539 mots
    Vient le moment de la course la plus attendue des Jeux, la finale du 100 mètres masculin : immédiatement en action, le très musculeux Canadien Ben Johnson s'impose en établissant un exceptionnel record du monde (9,79 s) ; il toise du regard Carl Lewis, deuxième en 9,92 s ; le Britannique...

Voir aussi