BEATRIJS, œuvre anonyme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adaptation néerlandaise d'un conte de la Vierge, la légende fort répandue au Moyen Âge de la sacristine — ou selon d'autres de la tourière. Des multiples versions qui s'en inspirèrent — latine, française, germanique, nordique ou arabe —, celle qui provient du centre des Pays-Bas apparaît la plus esthétique ; on en possède un seul manuscrit (env. 1250), conservé à la Bibliothèque royale de La Haye. Ouvrage anonyme, il comprend 1 038 vers en rimes plates. Cette version est très proche du texte latin de Cesarius von Heisterbach (deuxième quart du xiiie s.).

La nonne Béatrice est la tourière très dévouée de son couvent. Tentée par le démon, et peu accoutumée à faire face à des passions violentes, elle s'abandonne au jouvenceau qui la désire depuis l'enfance. Après sept ans de vie en commun d'où sont nés deux enfants, abandonnée par son époux, elle s'adonne pendant sept ans à la prostitution. Elle n'a cependant jamais cessé de prier la Vierge. Soudain prise de repentir, elle laisse sa « profession » et parcourt le pays avec ses enfants, livrée à la mendicité. Un jour qu'elle s'arrête non loin de son couvent, une voix lui intime l'ordre de s'y rendre : la Vierge l'avait remplacée durant quatorze ans. Béatrice obéit ; au couvent, personne n'a remarqué son absence.

Le poète a saisi le drame humain des données légendaires. À la différence des autres contes de la Vierge, le diable n'a pas cette fois de présence physique. Le rythme, le suspense sont soutenus ; le poète fait preuve d'autant de métier que de psychologie. La part de merveilleux est réduite et l'intérêt porte sur l'évolution intérieure de l'héroïne et sur la libéralité de la Vierge. R. Guiette a donné de ce texte une traduction française : Béatrice (Anvers, 1930).

—  Norbert DE PAEPE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : professeur ordinaire à l'Université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  BEATRIJS, oeuvre anonyme  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 853 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Moyen Âge et rhétorique (1150-1560) »  : […] La littérature néerlandaise commence ainsi : hebban olla vogala nestas hagunnan hinase hic enda thu wat unbidan we nu (« Tous les oiseaux ont commencé leurs nids – sauf toi et moi – alors, qu'attendons-nous ? »). Outre ces deux vers anonymes, les textes les plus anciens sont de la main du poète limbourgeois Henric Van Veldeke (1128 ?-1190 ?), qui composa de nombreuses romances courtoises et des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Norbert DE PAEPE, « BEATRIJS, œuvre anonyme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/beatrijs-oeuvre-anonyme/