FRIEDLAND BATAILLE DE (14 juin 1807)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lors de la campagne contre la quatrième coalition, cette victoire de Napoléon efface le revers essuyé en février 1807 à Eylau. Elle permet la conclusion du traité de Tilsit, signé entre Napoléon et Alexandre Ier de Russie le 8 juillet. La bataille se déroula à Friedland, en Prusse orientale (aujourd'hui Pravdinsk, en Russie), à 43 kilomètres au sud-est de Köninsberg (aujourd'hui Kaliningrad, en Russie). Elle opposa 80 000 hommes de la Grande Armée de Napoléon (comprenant des unités polonaises, hollandaises, italiennes et allemandes) à environ 70 000 soldats russes placés sous les ordres du général Leonty Benningsen. La plupart des soldats russes avaient franchi la rivière Alle par quatre ponts de bateaux pour se rendre sur la rive occidentale du fleuve et attaquer ce qui paraissait être un corps d'armée isolé, sous les ordres du maréchal Lannes. Dominé par des assaillants deux fois plus nombreux, Lannes résista durant neuf heures à l'attaque russe, conduite par le prince Bagration, le temps pour Napoléon de regrouper ses troupes. À 5 heures de l'après-midi, ce dernier lança son attaque principale, avec environ 65 000 hommes, et en deux heures repoussa le flanc sud de l'armée russe dans le petit village de Friedland. Regroupés là en rangs serrés, les soldats russes furent pris sous le feu rapproché des canons français et décimés. Quant au reste de l'armée russe, les hommes furent soit tués, soit faits prisonniers, soit forcés de se jeter dans le fleuve, les Français ayant détruit les ponts. Les Russes perdirent environ 19 000 hommes et les Français 9 000. L'armée de Bennigsen défaite, son allié, le général prussien Anton Lestocq, accompagné d'environ 25 000 hommes, abandonnait Königsberg le lendemain et faisait retraite vers Tilsit.

Bataille de Friedland

Bataille de Friedland

photographie

Au soir de la bataille de Friedland, le 14 juin 1807, une partie de l'armée russe est rejetée dans le fleuve Alle, qu'elle avait traversé à l'aube du même jour. Gravure anonyme, XIXe siècle. 

Crédits : Historical Picture Archive/ Corbis

Afficher

—  Universalis

Classification


Autres références

«  FRIEDLAND BATAILLE DE (14 juin 1807)  » est également traité dans :

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La quatrième coalition et la destruction de la Prusse »  : […] Austerlitz mettait fin à la guerre contre l'Autriche et révélait, malgré la victoire maritime de Trafalgar, l'impuissance de l'Angleterre. Pitt mourut peu après et fut remplacé à la tête du cabinet britannique par Fox, chef des whigs, qui ouvrit des négociations avec la France. Elles échouèrent une nouvelle fois sur les problèmes méditerranéens et plus particulièrement sur la Sicile, d'où Napoléon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_40812

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La guerre avec la Grande-Bretagne »  : […] De 1803 à 1805, les Britanniques furent les seuls adversaires de Napoléon. Celui-ci se lança de nouveau dans la préparation d'une invasion, avec cette fois plus de conviction. Près de deux mille navires furent rassemblés entre Brest et Anvers, et la Grande Armée fut regroupée au camp de Boulogne (1803). Le problème restait cependant le même qu'en 1798 : pour traverser la Manche, la France devait m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_40812

Pour citer l’article

« FRIEDLAND BATAILLE DE (14 juin 1807) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-friedland/