BARDADRAC (G. Genette)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour ses plus fidèles lecteurs, le gai savoir de Gérard Genette ne fait aucun doute. Pour ceux qui se limitent à une approche plus superficielle, le nom de l'auteur résume au mieux un certain aboutissement du structuralisme en littérature et au pire une conception désincarnée du fait littéraire comme l'attesterait un singulier penchant pour la taxinomie et le renouvellement terminologique : focalisation du récit, analepse et prolepse, hypertextualité, mimologisme, autant de termes qui feraient passer le plaisir littéraire à la trappe et attesteraient la toute-puissance de l'école sur le « commerce » avec les œuvres de l'esprit. Il existe bel et bien un Genette maître d'école, doté d'une rigueur qui est la marque du vrai savoir et de l'exigence de la recherche. La fermeté du poéticien s'accompagne cependant d'une vision allègre, avec toujours un sourire en coin et une pensée de derrière qui rappellent volontiers le double patronage de Borges et de Valéry, figures tutélaires d'une pensée où le sérieux et la précision sont les masques – mais aussi bien les marques – d'une ouverture d'esprit, d'un autre du discours savant dans son écriture même. Figure tutélaire longtemps fréquentée, Roland Barthes décelait à juste titre une « gourmandise » qui pointait dans les écrits du poéticien. La publication de Bardadrac (Seuil, 2006) ne peut que lui donner raison.

Gérard Genette

Gérard Genette

Photographie

Sous le signe de la poétique, les essais de Gérard Genette, avec ceux de Roland Barthes, ont permis une approche renouvelée du texte littéraire. La dernière partie de son œuvre, commencée avec Bardadrac (2006), mêle, avec humour, autobiographie et réflexions sur la musique, les paysages et... 

Crédits : Ulf Andersen/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Cet ouvrage, le quinzième de l'auteur, ne ressemble à aucun des précédents en ceci que Genette est bel et bien ici « la matière de son livre ». S'il raconte d'évidence des épisodes de son existence, l'écrivain ne sacrifie pas exactement à l'exercice autobiographique. Genette reste en cela formaliste, parce que « les belles œuvres sont filles de leur forme qui naît avant elles » (Valéry). Le récit de soi prendra ainsi la forme d'un dictionnaire, de l'inévitable et fluvial « Aa » au « Zut » final. La forme g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « BARDADRAC (G. Genette) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bardadrac/