BAARGELD ALFRED GRÜNEWALD dit JOHANNES THEODOR (1891-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plus connu sous le nom de Baargeld (argent comptant), Alfred Grünewald a été l'un des personnages les plus déroutants du dadaïsme de Cologne. Fils d'un banquier, il avait été l'un des fondateurs du Parti communiste de Rhénanie. Personnage excentrique, il avait quitté Oxford pour s'adonner vers 1918 aux activités dada. Avec Arp et Ernst il a animé le petit groupe dadaïste de Cologne dont l'activité était inlassable et qui s'opposait à la politisation radicale prônée par les dadaïstes de Berlin ; il recherchait un compromis entre la praxis politique et la destruction des valeurs esthétiques. Il exigeait, en effet, une révolution sociale accompagnée d'une révolution culturelle permettant de dépasser la vieille antinomie art-vie. Baargeld, dont il ne nous reste que très peu de travaux (L'Œil humain avec un poisson : ce dernier en forme de fossile, collage, 1920, Museum of Modern Art, New York ; Autoportrait, photomontage, 1920 ; Anthropofiler Bandwurm, 1920, assemblage de matériaux divers), affichait une attitude profondément nihiliste. Il ne voyait de salut que dans la révolution et, tout en œuvrant pour elle, il entendait faire table rase de toute trace d'activité artistique. Au sein du groupe dadaïste, il se consacre à la propagande politique (tracts, revues, interventions) et ne recule pas devant le scandale artistique. Toutefois, son opposition à l'art s'est incarnée dans des objets relevant de l'anti-art. Nombre de ses productions font partie d'œuvres collectives et anonymes visant à discréditer le mythe vétuste de l'artiste créateur. Elles ont été appelées Fatagaga (fabrication de tableaux garantis gazométriques). Cette démarche préfigure les« cadavres exquis » surréalistes.

Typique Amalgame vertical en tant que représentation du Dada Baargeld, J. T. Baargeld

Typique Amalgame vertical en tant que représentation du Dada Baargeld, J. T. Baargeld

photographie

Johannes Theodor Baargeld, «Typique Amalgame vertical en tant que représentation du Dada Baargeld (Typische Vertikalklitterung als Darstellung des Dada Baargeld)», 1920. Photomontage et collage, 37,1 cm × 31 cm. Kunsthaus, Zurich. 

Crédits : AKG

Afficher

Baargeld mourut au cours d'une excursion en montagne.

—  Charles SALA

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  BAARGELD ALFRED GRÜNEWALD dit JOHANNES THEODOR (1891-1927)  » est également traité dans :

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] En 1919, Max Ernst et Johannes Baargeld ont vent des activités de Arp au sein du groupe zurichois. À l'instar de l'expérimentation (découpages au massicot pour Arp, frottages pour Ernst), la collaboration représente pour eux un moyen de dépersonnaliser le geste. Après son portfolio de lithographies au titre incantatoire Fiat Modes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_14183

Pour citer l’article

Charles SALA, « BAARGELD ALFRED GRÜNEWALD dit JOHANNES THEODOR - (1891-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baargeld-alfred-grunewald-dit-johannes-theodor/