PÄRT ARVO (1935- )

Arvo Pärt

Arvo Pärt

Arvo Pärt

L'Autrichien Arvo Pärt, d'origine estonienne, compose depuis Berlin des œuvres à la renommée…

Dans l'œuvre du compositeur estonien Arvo Pärt, le silence occupe une place prépondérante : « Parce que le silence est toujours plus parfait que la musique. Il faut seulement apprendre à l'entendre. » Le caractère incantatoire, archaïsant et dépouillé de sa musique – qui fait abstraction des courants modernistes du xxe siècle et marque un retour aux sources de la tonalité – explique l'engouement qu'elle suscite auprès d'un public qui dépasse largement l'auditoire de la musique « classique ».

Du sérialisme au tintinnabuli

Arvo Pärt naît le 11 septembre 1935 à Paide, en Estonie. Élève de Heino Eller, il sort diplômé du Conservatoire de Tallinn en 1963. Pour gagner sa vie, il travaille comme ingénieur puis comme directeur du son à la radio d'État estonienne de 1957 à 1967. Il compose, entre autres pièces, des musiques de films ; il en aurait écrit plus d'une cinquantaine, mais cette production est difficile à évaluer car ces compositions de jeunesse ne figurent pas au catalogue officiel de son œuvre. De cette période, on peut néanmoins mentionner deux Sonatines, pour piano (officiellement, ses opus 1/1 et 1/2, 1958, 1959), une courte Partita, pour piano (1958), encore sous l'influence de Chostakovitch et de Prokofiev, un Quatuor à cordes (1959). La cantateMeie Aed (« Notre Jardin », 1959), pour chœur d'enfants et orchestre, et l'oratorioMaailma Samm (« L'Essor du monde », 1960) lui permettent de remporter, en 1962, le premier prix de composition de l'Union des jeunes compositeurs de l'U.R.S.S. Cette première manière, mélange de musique « alimentaire » et de préoccupations plus artistiques, débouchera sur l'application des théories dodécaphoniques. Nekrolog, pour orchestre, dédié aux victimes du fascisme (1960) en est le témoignage et le symbole. À cette époque, le pouvoir soviétique qualifie le dodécaphonisme et les recherches sérielles d'art décadent, marqué par une influence procapitaliste suspecte ; Nekrolog déconcerte évidemment les autorités culturelles. Solfeggio, pour chœur mixte et quatuor à cordes (1964), reste énigmatique. Pärt, entré pourtant dans une phase sérielle, expérimente déjà des techniques aboutissant à la consonance, en usant de procédés de « tuilage » annonçant bien des années à l'avance l’évolution du style de sa musique.

Ses trois symphonies reflètent une évolution qui le conduiront en définitive à une impasse. Sa Première Symphonie « Polyphonique » (1963) est entièrement composée dans un langage dodécaphonique ; la Deuxième (1966) combine l'aléatoire et des passages agressifs. La Troisième Symphonie (1971), composée dans une période charnière, porte en elle des éléments archaïques et des envolées mélodiques. Le musicien dévoile ici son attrait pour les techniques médiévales, mais celles-ci, incluses dans le moule formel de la symphonie, ne lui donneront pas entière satisfaction. En 1968, son Credo, pour piano, chœur mixte et orchestre accentue la brouille avec les autorités soviétiques. Il ne s'agit plus cette fois d'esthétique mais de religion, voire de politique. Le livret débute par « Je crois en notre Seigneur Jésus-Christ » suivi d'un passage de l'Évangile selon saint Matthieu. Il n'en faut pas plus pour que, après un premier concert, l'œuvre soit interdite. Avec Credo apparaît le Pärt croyant, celui que l'on connaît le mieux.

En 1969, il abandonne le sérialisme, qu’il perçoit comme une technique dangereuse, destinée à tuer la musique plus qu'à en renouveler la forme. Il étudie le chant grégorien, les polyphonies franco-flamandes des xive, xve et xvie siècles (Machaut, Obrecht, Josquin des Prés...), et met au point un système qui sera au cœur de ses partitions à venir, le style « tintinnabuli », qui « donne à entendre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Universalis, Patrick WIKLACZ, « PÄRT ARVO (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Arvo Pärt

Arvo Pärt

Arvo Pärt

L'Autrichien Arvo Pärt, d'origine estonienne, compose depuis Berlin des œuvres à la renommée…

Voir aussi