LAN NA ART DU

Il semble préférable d'appeler « art du Lan Na » l'art du royaume de ce nom fondé à la fin du xiiie siècle et réuni seulement au Siam en 1775, plutôt que de conserver la dénomination « art de Chieng Sèn », traditionnelle mais trop limitative. Ne pouvant s'appliquer, en principe, qu'à l'art du site lui-même (où aucun vestige antérieur à Wat Pa Sak, 1319, n'a été reconnu), elle définit surtout un style de sculpture : statues du Bouddha (bronze) généralement assises, apparentées à l'art pālasena (jambes étroitement croisées, la plante des pieds apparente, visage large au menton charnu, uṣṇīṣa surmonté d'un bulbe lisse). On ne peut écarter l'hypothèse d'une influence du royaume môn de Haripuñjaya (Lamphun) sur la formation de ce style mal localisé, annexé en 1291-1292, et dont les relations avec la Birmanie, où fleurissait l'iconographie pāla, sont bien attestées. Le style subira diverses contaminations, surtout sous l'influence de Sukhothai (images assises jambes repliées l'une sur l'autre, visages à l'ovale allongé, uṣṇīṣa surmonté d'un haut ornement en forme de flamme), et une iconographie mixte semble constituée dès la fin du xive siècle. À la diversité des types qui en résulte s'ajoutent les effets d'un excès de stylisation et d'une décadence dont les images datées révèlent les progrès, favorisés par une évolution politique accroissant l'influence des royaumes voisins (Birmanie, Laos). À partir de la seconde moitié du xvie siècle, l'influence birmane se fait aussi sentir dans l'architecture (construction et décors), mais dans les grands monastères, les vastes édifices en bois ou en construction mixte et les stūpa, d'une réelle beauté, fort différents de l'art d'Ayuthya et de Bangkok, n'en conservent pas moins une profonde originalité.

—  Jean BOISSELIER

Écrit par :

  • : professeur émérite des universités (Paris-III), ancien membre de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  LAN NA ART DU  » est également traité dans :

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 707 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'art du Lan Na, ou de Chieng Sèn (env. xiiie-xxe s.) »  : […] En dépit de bien des vicissitudes, l'art du Lan Na, royaume thaï fondé à la fin du xiii e  siècle au détriment de Haripuñjaya (Lamphun), dernier royaume môn subsistant, a connu une brillante destinée, préservant pratiquement jusqu'à nos jours une bonne part de son originalité. La dénomination « Chieng Sèn », souvent adoptée, fait état d'une tradit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thailande/#i_43386

Pour citer l’article

Jean BOISSELIER, « LAN NA ART DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-du-lan-na/