SUKHOTHAI ART DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à Sukhothai (Siam) et à Si Sacchanalai, capitales « jumelles » distantes de 55 kilomètres, que s'est élaborée l'architecture religieuse du royaume de Sukhothai. Profondément originale, adaptant les formules les plus diverses, elle devait, comme la statuaire, survivre durant quelque deux siècles à l'annexion de la contrée par Ayuthya (1438). Sukhothai, où subsistent quelques vestiges de l'occupation khmère au xiie siècle (San Ta Pa Dèng ; certaines parties de Wat Pra Pai Luang, remanié et agrandi par la suite, etc.), est une ville de plan rectangulaire régulier (1 800 m sur 1 400 m). Seule une triple levée de terre la protège, franchie par quatre portes en chicane, alors que Si Sacchanalai et Kamphèng Pet sont entourées de hautes murailles de latérite (élevées probablement au xvie s.). Les temples se répartissent à l'intérieur de la cité et dans ses environs. Un petit monastère en marque le centre, et le temple principal, Wat Mahathat, fondé au xiiie siècle et reconstruit dans la première moitié du xive siècle, s'élève immédiatement au sud. Ensemble le plus remarquable et le plus important du site, il suffirait à montrer l'extrême variété de l'architecture de Sukhothai. Son édifice central est un bel exemple de stūpa relevant proprement de l'art de Sukhothai : tour élancée, de construction massive et de plan redenté, avec haut soubassement et couverture en bulbe allongé (dite en bouton de lotus) dressée sur une pyramide élevée à trois gradins. Dans Si Sacchanalai, de plan moins régulier que Sukhothai, Wat Chedi Chet Thèo occupe sensiblement la même situation dans la ville et présente une variété comparable d'édifices autour d'un stūpa avec tour dotée d'une couverture en bouton de lotus. Le temple central, Wat Chang Lom, très important, est centré sur un stūpa campaniforme (type dit singhalais). Sa terrasse inférieure s'orne de protomés d'éléphants (thème jouissant d'une grande faveur dans l'art de Sukhothai) ; la terrasse supérieure est garnie de niches abritant des images assises du Buddha. Dans le site voisin de Chalieng, le monument central de Wat Mahathat est un prang de latérite, édifié durant la période d'Ayuthya.

—  Jean BOISSELIER

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des universités (Paris-III), ancien membre de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  SUKHOTHAI ART DE  » est également traité dans :

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 714 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'art du Lan Na, ou de Chieng Sèn (env. xiiie-xxe s.) »  : […] En dépit de bien des vicissitudes, l'art du Lan Na, royaume thaï fondé à la fin du xiii e  siècle au détriment de Haripuñjaya (Lamphun), dernier royaume môn subsistant, a connu une brillante destinée, préservant pratiquement jusqu'à nos jours une bonne part de son originalité. La dénomination « Chieng Sèn », souvent adoptée, fait état d'une tradition, non vérifiée, selon laquelle Chieng Sèn était […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BOISSELIER, « SUKHOTHAI ART DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-de-sukhothai/