TOYNBEE ARNOLD JOSEPH (1889-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Genre mal défini et peu rigoureux, la « philosophie de l'histoire » suscite la méfiance des historiens, des sociologues, des anthropologues, des épistémologues des sciences humaines, mais elle garde tout son pouvoir d'attraction sur un vaste public que le malaise du présent pousse à chercher dans le passé le secret de l'avenir. Helléniste, historien, diplomate, Toynbee a mis sa culture et son expérience au service d'une entreprise monumentale qui consiste à faire l'inventaire des civilisations et à embrasser leur histoire pour les comparer systématiquement et essayer de dégager les lois de leur devenir. Tentative féconde ou absurde ? Les avis sont partagés. Toujours est-il que A Study of History a mis en circulation un certain nombre de thèmes qui ont été largement popularisés, comme celui des défis auxquels les civilisations doivent répondre victorieusement pour échapper au déclin qui les menace.

La vie et l'œuvre

Arnold Joseph Toynbee est né à Londres en 1889. Après des études à Winchester et à Balliol College (Oxford), il devient « fellow », puis « tutor » dans cet établissement. En 1913, il épouse Rosalind Murray, fille du grand helléniste Gilbert Murray. À la conférence de la Paix, en 1919, il fait partie de la délégation britannique en tant qu'expert des questions du Moyen-Orient. De 1919 à 1924, Toynbee occupe la chaire de byzantin et de grec moderne à l'université de Londres, puis, de 1925 jusqu'à sa retraite, en 1955, il est directeur des études au Royal Institute of International Affairs (Chatham House) et professeur d'histoire internationale à l'université de Londres. Ses écrits, abondants et variés, comprennent des études sur l'histoire ancienne, les problèmes contemporains et les affaires internationales (il dirige la publication de The Survey of International Affairs), mais son œuvre capitale est A Study of History, dont la parution s'étend de 1934 à 1961. L'abrégé des six premiers volumes par D. C. Somervell (publié en français sous le titre L'Histoire. Un essai d'interprétation) connaît, auprès du public américain en particulier, un succès immense qui rappelle celui du Déclin de l'Occident de Spengler. Parmi les autres ouvrages dans lesquels Toynbee défend et précise sa conception de l'histoire et ses vues sur le destin de la civilisation moderne, il faut citer Civilization on Trial (1948) et An Historian's Approach to Religion (1956).

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  TOYNBEE ARNOLD JOSEPH (1889-1975)  » est également traité dans :

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 962 mots

Dans le chapitre « Construction d'un modèle »  : […] Simples variations dans l'expression, les catégories – chères à A. Toynbee – de « prolétariat intérieur » et de « prolétariat extérieur » renvoient implicitement aux deux sortes d'ennemis mis en scène par saint Ambroise, ainsi qu'aux deux séries de causes discernées par Polybe, d'une part, l'aggravation de la lutte des classes, de l'autre, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_21623

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PONS, « TOYNBEE ARNOLD JOSEPH - (1889-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnold-joseph-toynbee/