ARMÉE ROUGE JAPONAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue d'une scission de la Ligue communiste, principale organisation d'extrême gauche japonaise, l'Armée rouge est créée en 1969. Face aux lois contre l'activité subversive et aux arrestations opérées par la police, elle fait de l'affrontement violent avec l'État, indépendamment des luttes économiques de masse, le catalyseur de la situation politique. L'objectif misé est l'ouverture d'un front de guerre civile au Japon. Organisation clandestine et militarisée, l'Armée rouge s'est signalée par une « justice » interne qui, appliquée en 1970 à certains de ses membres — des éléments déviants sont exposés au début de l'année à mourir de froid dans la montagne —, horrifie l'opinion publique ; son « école » militaire installée dans la montagne est investie en avril 1970 par la police. En outre, elle se fait connaître par des actions terroristes, en particulier le détournement d'un avion de la Japan Airlines vers la Corée du Nord en 1970 et, mis au point de concert avec le Front populaire de libération de la Palestine, le mitraillage de l'aéroport de Tel-Aviv en 1972. Mais la répression et les dissensions internes portèrent de sérieux coups à l'Armée rouge, très isolée au Japon. Dès la fin de 1972, elle entre dans une phase d'effritement.

On reparle toutefois de l'Armée rouge en 1974 lorsqu'un de ses membres détenu en France est libéré par suite d'une prise d'otages à l'ambassade de ce pays à La Haye.

—  Yugi SATO

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

11-21 octobre 1993 Russie – Japon. Visite du président Boris Eltsine à Tōkyō

l'Armée rouge en 1945. Il promet de retirer la plupart des troupes stationnées dans les Kouriles du Sud. Par ailleurs, Boris Eltsine exprime à l'empereur Akihito ses « excuses » pour les traitements « inhumains » infligés aux quelque six cent mille prisonniers de guerre japonais internés en Sibérie après la Seconde Guerre mondiale, dont cinquante-cinq […] Lire la suite

16-18 avril 1991 U.R.S.S. – Japon. Visite du président Mikhaïl Gorbatchev à Tōkyō

l'Armée rouge, qui entretient dix mille hommes dans les Kouriles, ainsi qu'à la menace de dislocation de l'empire dès la première concession territoriale. Le 17, devant la Diète, Mikhaïl Gorbatchev évoque le projet de système régional de sécurité en Asie et dans le Pacifique. Celui-là serait discuté entre l'U.R.S.S., le Japon et les États-Unis, auxquels […] Lire la suite

11-16 avril 1988 Italie. Installation du gouvernement De Mita dans un climat de violence

l'Armée rouge japonaise, Junzo Okudaira, soupçonné d'être l'auteur de l'attentat de Naples. Le 16, un des principaux conseillers du nouveau Premier ministre, Roberto Ruffilli, professeur à l'université de Bologne, est tué de plusieurs coups de feu à son domicile de Forli par un commando du Parti communiste combattant, groupe se réclamant des Brigades […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yugi SATO, « ARMÉE ROUGE JAPONAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-rouge-japonaise/