RICHELIEU ARMAND EMMANUEL DU PLESSIS duc de (1766-1822)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit-fils du célèbre maréchal de Richelieu, le jeune duc passe au service de la Russie à la fin de 1789 ; par de brillants services militaires, il gagne la bienveillance de Catherine II et l'amitié du tsarevitch Alexandre. Il sert à l'armée des émigrés de 1792 à 1794. À son retour en Russie, Alexandre Ier le nomme gouverneur de la nouvelle ville d'Odessa (1803), puis de toute la province méridionale récemment conquise sur les Turcs. Son administration efficace et bienfaisante laissa de profonds souvenirs en Russie. Rappelé en 1814 par Louis XVIII, qui le fait pair de France et Premier Gentilhomme de sa chambre, le duc refuse d'entrer au ministère de Talleyrand en juillet 1815 et n'accepte, à contrecœur, de lui succéder (sept. 1815) pour mener de difficiles négociations avec les Alliés que parce que l'amitié du tsar doit lui permettre d'obtenir l'atténuation des sacrifices imposés à la France : il signe le second traité de Paris (25 nov. 1815). Par la scrupuleuse exécution des clauses financières, par une attitude à la fois fière et prudente — refusant notamment de s'engager trop ouvertement du côté russe —, il gagne la confiance des gouvernements alliés et, au congrès d'Aix-la-Chapelle (sept.-oct. 1818), il obtient la fin de l'occupation étrangère et la réintégration de la France au sein du concert européen. À l'intérieur, il soutient la lutte menée par Decazes contre la droite royaliste, mais en décembre 1818, en désaccord avec le favori, il abandonne le gouvernement. Rappelé en mars 1820, dans le désarroi consécutif à l'assassinat du duc de Berry, il fait passer une législation répressive et une nouvelle loi électorale. Mal soutenu par le roi et la droite, il se retire (12 déc. 1822) et meurt peu après, laissant le souvenir d'un ministre passionnément dévoué au pays, d'un rare désintéressement et d'une chevaleresque loyauté.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RICHELIEU ARMAND EMMANUEL DU PLESSIS duc de (1766-1822)  » est également traité dans :

INSTITUT DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Antoine MARÈS
  •  • 2 517 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origines et histoire »  : […] L'Institut de France est né le 25 octobre 1795, mais seule sa généalogie royale permet de comprendre ses origines révolutionnaires. La première des Académies royales est due à la volonté du cardinal de Richelieu , qui, conscient de l'importance des écrivains dans le gouvernement de l'opinion et lui-même non dépourvu d'ambitions littéraires, accorda son patronage à un petit groupe de littérateurs q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institut-de-france/#i_38440

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] La crise des Cent-Jours avait aggravé la situation de Louis XVIII. Les Alliés vainqueurs s'interrogèrent même sur une nouvelle restauration des Bourbons et imposèrent des conditions de paix très dures, le contrôle des actes du gouvernement par un comité des ambassadeurs des quatre grandes puissances s'ajoutant à une occupation partielle du territoire. Surtout, elle avait exaspéré la haine des roy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_38440

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « RICHELIEU ARMAND EMMANUEL DU PLESSIS duc de (1766-1822) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/armand-emmanuel-du-richelieu/