RIGAUDEAU ANTOINE (1971- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Basketteur français né le 17 décembre 1971 à Cholet (Maine-et-Loire). Antoine Rigaudeau a incarné le renouveau du basket-ball français, concrétisé par la finale olympique perdue de manière honorable (75-85) face aux États-Unis le 1er octobre 2000 à Sydney.

Formé à Cholet, Antoine Rigaudeau rejoint Pau-Orthez et devient champion de France en 1996. Il part ensuite pour l'Italie et remporte en 1998 l'Euroligue avec le Kinder Bologne, et est élu meilleur joueur de la compétition.

Antoine Rigaudeau fait ses débuts en équipe de France en 1990, et va connaître durant des années plus de déceptions que de satisfactions avec la sélection nationale. En juin-juillet 1999, le Championnat d'Europe est organisé en France. Deux objectifs pour les Tricolores : se qualifier pour les jeux Olympiques de Sydney ; remporter le titre européen. Le premier est atteint : en dominant la Turquie en quart de finale (66-63), les Tricolores obtiennent leur visa pour l'Australie. Le second, non : battus en demi-finale par l'Espagne, l'équipe de France ne se classe que quatrième. Surtout, les rapports se sont tendus entre les joueurs : d'un côté, certains, dont Rigaudeau, prônent un jeu fondé sur le collectif ; de l'autre, à l'image de Tariq Abdul-Wahad, on préfère le « show », qui met en avant les individualités.

Pour Sydney, Jean-Pierre de Vincenzi, l'entraîneur, tranche et ne retient pas Tariq Abdul-Wahad, malgré les bonnes prestations de celui-ci en N.B.A. Après un début de tournoi difficile, les Tricolores vont hausser le niveau de leur jeu. Le rôle d'Antoine Rigaudeau se révèle essentiel. Avec le capitaine, Jim Bilba, il redonne confiance au pivot, Frédéric Weis ; il laisse volontiers son poste de meneur de jeu à Laurent Sciarra. Vainqueurs des Canadiens en quart de finale, les Français humilient les Australiens en demi-finale (76-52). Un exploit inattendu.

Antoine Rigaudeau met alors sa carrière internationale entre parenthèses, laissant la place à une nouvelle génération, menée par Tony Parker. Néanmoins, en 2005, il revêt de nouveau le maillot de l'équipe de France, et est le capitaine de la formation qui participe au Championnat d’Europe en Serbie-et-Monténégro. Avec Tony Parker, il apporte toute son expérience à de jeunes joueurs (Boris Diaw, Mickael Gelabale, Florent et Mickael Pietrus…), et l'équipe de France obtient la médaille de bronze, son meilleur résultat dans cette épreuve depuis 1959. Après cette compétition, Antoine Rigaudeau annonce, le 30 septembre 2005, qu'il met un terme à sa carrière sportive.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  RIGAUDEAU ANTOINE (1971- )  » est également traité dans :

SPORT (Disciplines) - Le basket-ball

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le basket-ball aux jeux Olympiques »  : […] Même si les professionnels ne furent autorisés à participer aux jeux Olympiques qu'à partir de 1992, les États-Unis, qui alignaient des joueurs universitaires, ont largement dominé les débats, remportant tous les titres de 1936 à 1968. Ils ne durent laisser la médaille d'or à l'Union soviétique en 1972 (50-51) qu'en raison d'une décision discutable des officiels qui, en prolongeant de 3 secondes l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « RIGAUDEAU ANTOINE (1971- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-rigaudeau/