ANTHOLOGIE GRECQUE ou ANTHOLOGIE PALATINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le genre de l'épigramme connut une grande faveur dans la Grèce antique. Le terme fut d'abord réservé aux inscriptions gravées sur un monument (épitaphe, dédicace d'un ex-voto, légende explicative d'une œuvre d'art), puis il désigna les pièces de vers assez courtes pour pouvoir être gravées, ainsi que de brefs poèmes satiriques. Les Anciens s'attachèrent très tôt à réunir ces textes. La première anthologie fut la Guirlande de Méléagre de Gadara, qui réunit à la fin du ~ iie siècle les épigrammes de nombreux auteurs, dont Callimaque et lui-même. Au ier siècle de notre ère, Philippe de Thessalonique réunit des contributions d'auteurs de son époque, incluant les siennes, d'une tonalité assez rhétorique. Le succès de ces deux anthologies, souvent réunies ultérieurement, éclipsa les autres, dont celle que composa sous Hadrien Diogénien d'Héraclée.

À la haute époque byzantine, l'épigramme connut un nouvel essor avec des auteurs comme Paul le Silentiaire. Ce phénomène fut toujours accompagné à Byzance par l'établissement de nouvelles anthologies. Agathias de Myrina composa ainsi au vie siècle un Cycle regroupant des épigrammes classiques et contemporaines, dont les siennes. Mais il innova en ne les classant pas en fonction des lettres figurant au début des premiers vers des textes, comme le faisaient ses prédécesseurs, mais en les ordonnant par genres (épigrammes votives imitées des Anciens, descriptives, funéraires, anecdotiques, satiriques, amoureuses, bachiques).

Après la tourmente iconoclaste vint l'heure du renouveau des études classiques et de l'épigramme, annoncé dès le début du ixe siècle par Théodore Stoudite. Deux petites anthologies sont connues pour les ixe-xe siècles. Le besoin de combiner en un seul ensemble les différentes collections se faisait sentir. Ce fut probablement au ixe siècle que Constantin Képhalas compila l'ensemble d'épigrammes qui, au xe siècle, devait constituer l'Anthologie palatine. Képhalas n'était pas poète — il était peut-être archiprêtre du palais impéri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, docteur en histoire byzantine de l'université de Paris-I, chargé de cours à l'université de Paris-VIII (histoire byzantine)

Classification


Autres références

«  ANTHOLOGIE GRECQUE ou ANTHOLOGIE PALATINE  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Renaissance des lettres (843-1025) »  : […] Avec la dynastie macédonienne commencent pour les lettres byzantines des temps meilleurs, annoncés dès la fin de la période précédente par la réorganisation de l'Université sous Théophile, puis sous Bardas, ministre de Michel III. C'est alors seulement que, dans l'Empire en pleine expansion, Constantinople devient vraiment la capitale intellectuell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_27317

MÉLÉAGRE (-Ier s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 106 mots

Épigrammatiste alexandrin, originaire de Gadara (actuellement en Jordanie), surtout célèbre pour avoir réuni la première grande anthologie d'épigrammes et de poésies légères. Le recueil contenait les poèmes d'une cinquantaine d'auteurs, dont Méléagre lui-même ; dans l'avertissement liminaire, chaque poète était comparé à une fleur, et, de ce fait, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meleagre/#i_27317

Pour citer l’article

Pascal CULERRIER, « ANTHOLOGIE GRECQUE ou ANTHOLOGIE PALATINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthologie-grecque-anthologie-palatine/