‘ANTARA (VIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand guerrier et poète arabe préislamique. On lui attribue une cinquantaine de pièces, dont une mu‘allaqā, poème qui aurait été exposé à la Ka‘ba, la Pierre noire de La Mecque. Néanmoins, une grande partie de cette œuvre est apocryphe. Dans ces poèmes, ‘Antara exalte ses faits d'armes et exprime son amour pour sa cousine ‘Abla. Ces poésies et surtout la personnalité même de ‘Antara n'ont cessé de fasciner les Arabes et ont inspiré aux rhapsodes une œuvre collective, Le Roman d'Antar (Sirat ‘Antar), dont le texte a été recensé par le philologue Asma‘ī (740-828 de l'hégire). ‘Antara incarne, en effet, le mythe du héros, et même du héros solaire. Comme dans la plupart des gestes, ‘Antara est de sang royal, mais son origine noble ne se révélera que lorsqu'il se sera imposé par ses mérites exceptionnels. Pendant son enfance et une partie de sa jeunesse, il doit mener une vie obscure, bien différente de celle à laquelle sa naissance eût dû le faire accéder. Fils d'une esclave abyssine et d'un Arabe, il est considéré comme un bâtard et condamné à l'esclavage. Il doit garder les moutons de la tribu. C'est la période de la vie cachée, de la mort apparente. Mais des événements viennent mettre fin à cette « occultation » du héros. Par la vaillance qu'il déploie lors d'une incursion d'une tribu voisine, ‘Antara acquiert l'admiration de son père qui l'affranchit. Grâce à ses faits d'armes, il devient le protecteur des membres de sa tribu. Par ses prouesses, il gagne le cœur de sa cousine ‘Abla. Quittant l'Arabie, il combat en Syrie, soumet les Francs à l'empereur de Byzance, accomplit maints exploits en Europe et en Afrique du Nord, sauve Rome qu'assiège Bahémond, pénètre au cœur de l'Afrique. C'est l'« épiphanie » héroïque. Mais bientôt ce héros doit rentrer dans l'ombre dont il était sorti. Il meurt, victime de la félonie de Wizr ibn Djābir. Héros solaire, ‘Antara a eu ses périodes d'aurore, de zénith et de crépuscule.

Cette épopée n'a cessé de hanter l'imagination des Arabes. Elle continue d'attirer les gens du peuple vers les cafés où [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : docteur ès lettres (Sorbonne), agrégé de l'Université, interprète à l'O.N.U., Genève

Classification

Pour citer l’article

Sayed Attia ABUL NAGA, « ‘ANTARA (VIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antara/