ALCIAT ANDRÉ (1492-1550)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né sans doute à Alzate, près de Côme — d'où le nom de sa famille —, Alciat était fils d'un riche marchand de Milan, et c'est dans cette ville qu'il fait ses premières études. En 1508, probablement, il va à Pavie pour se former aux disciplines juridiques et, en 1511, il passe à Bologne. Mais l'enseignement du droit lui semble fort mal donné et parfaitement inutile. En 1513, ses Annotationes in tres posteriores Codicis libros témoignent de l'orientation qu'Alciat entend donner à son étude de l'Antiquité romaine, étude juridique, certes, mais éclairée par une large utilisation des sources littéraires et tournée vers les institutions publiques. Alciat s'inscrit dans le courant nouveau des juristes humanistes, en réaction contre les bartolistes, dont l'enseignement s'essouffle. D'abord avocat à Milan (1514-1518), il accepte d'aller enseigner à Avignon (1518-1522). Sa réputation lui vaut d'attirer à ses cours le Bâlois B. Amerbach, à qui Zazius avait conseillé d'aller entendre le jeune professeur ; c'est alors aussi qu'il entre en relation avec Guillaume Budé. Chassé d'Avignon par la peste en 1522, il revient à Milan et, ne trouvant pas d'enseignements dans une université italienne, se consacre à l'étude et à la publication de plusieurs traités juridiques ; il retrouve, en 1527, sa chaire d'Avignon. En 1529, Bourges se l'attache en lui offrant un salaire plus élevé ; il y est accueilli en grande pompe par les étudiants, qui lui font cortège. Le séjour à Bourges fut marqué par un intense travail et la publication de plusieurs ouvrages, dont l'édition de la Notitia dignitatum. Cependant, Padoue et Pavie se disputaient son enseignement : sur l'ordre impérieux du duc de Milan, Alciat dut opter pour Pavie, où il enseigna de 1533 à 1537. À Pavie, Alciat fut en butte à des attaques de collègues et ne retrouva pas la qualité de son auditoire de Bourges. Les guerres d'Italie vident d'ailleurs l'université de Pavie, et Alciat passe à Bologne en 1537, où le pape le maintient, malgré les réclamations du gouverneur de Milan, jusqu'en 15 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ALCIAT ANDRÉ (1492-1550)  » est également traité dans :

EMBLÈMES LIVRES D'

  • Écrit par 
  • Claudie BALAVOINE
  •  • 796 mots

L'emblème, concrétisation spectaculaire et durable d'un langage symbolique qui s'élabore au xv e siècle sur le modèle de l'exégèse allégorique antique, des « moralisations » des Métamorphoses d'Ovide, des Hieroglyphica d'Horapollon (où les hiéroglyphes égyptiens sont interprétés comme des idéogrammes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-d-emblemes/#i_42511

LYONNAIS POÈTES

  • Écrit par 
  • Ian Dalrymple McFARLANE
  •  • 2 110 mots

Dans le chapitre « Une ville humaniste »  : […] Lyon jouissait d'une culture locale déjà solidement établie, et la proximité de l'Italie facilitait la pénétration des idées de la Renaissance dans une ville dont la population était dans une grande mesure d'origine italienne. Symphorien Champier (1471 ?-1539), qui se rattachait par certains côtés aux rhétoriqueurs, avait beaucoup fait pour acclimater le platonisme ficinien, et les poètes des ann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-lyonnais/#i_42511

Pour citer l’article

Jean GAUDEMET, « ALCIAT ANDRÉ - (1492-1550) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-alciat/