LÓPEZ MICHELSEN ALFONSO (1913-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la Colombie de 1974 à 1978.

Né le 30 juin 1913 à Bogotá, Alfonso López Michelsen est le fils de l'ancien président Alfonso López Pumarejo (1934-1938 et 1942-1945). Après avoir étudié à Bogotá, à Paris, à Londres et à Bruxelles, López Michelsen poursuit des études de droit à l'université Georgetown de Washington et à l'université du Chili à Santiago. De retour en Colombie après un exil volontaire au Mexique en 1958, il fonde, en 1960, un nouveau parti qui réunit des libéraux dissidents, le Mouvement révolutionnaire libéral (M.R.L.). Ce dernier est opposé au Front national, la coalition de libéraux et de conservateurs formée en 1957 pour mettre fin à la Violencia, une guerre civile qui dure depuis une décennie, qui garantit l'alternance pacifique à la présidence entre les deux partis historiques mais qui, selon López Michelsen, empêche toute concurrence politique réelle.

López Michelsen se présente sans succès à l'élection présidentielle de 1962. Il obtient toutefois un siège au Sénat ; il est reconduit dans ses fonctions en 1966. L'année suivante, il fait entrer les membres du M.R.L. dans les rangs du Parti libéral. Le président Carlos Lleras Restrepo le nomme gouverneur du département César nouvellement créé. En août 1968, López Michelsen devient ministre des Affaires étrangères. À ce titre, il établit des relations culturelles et commerciales étroites avec l'Union soviétique et améliore celles qui existent entre les divers pays d'Amérique latine. Lorsque l'accord du Front national sur l'alternance politique prend fin en 1974, il remporte largement la première élection présidentielle ouverte depuis seize ans. Après son investiture, il prend des mesures pour réduire l'inflation et augmenter les impôts sur les grandes fortunes, mais la suppression des subventions d'État et la hausse du chômage provoquent l'émergence de mouvements sociaux, la multiplication des prises de terres par les paysans et des activités des guérillas. En 1975, López Michelsen déclare l'état de siège. À la fin de son mandat en 1978, le président et son gouvernement, accusés de corruption, sont également soupçonnés d'avoir des liens avec le trafic de drogue. López Michelsen perd l'élection présidentielle de 1982 au profit du candidat conservateur Belisario Betancur. Il rédige alors une rubrique pour le journal El Tiempo et écrit plusieurs ouvrages politiques et des traités, et, sur la scène politique, il multiplie les efforts de médiation dans le conflit interne entre les guérillas, les narcotrafiquants et l'armée. Alfonso López Michelsen meurt le 11 juillet 2007 à Bogotá.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

30 mai 1982 Colombie. Victoire du candidat conservateur Belisario Betancur à l'élection présidentielle

Seul candidat conservateur, il a bénéficié de la division des libéraux : à l'élection présidentielle, se présentaient en effet non seulement Alfonso Lopez Michelsen, président de 1974 à 1978 et candidat libéral officiel, mais aussi Luis Carlos Galán, sénateur de trente-neuf ans, candidat du « nouveau libéralisme ». Le nouveau président devra affronter la guérilla menée par le M-19 et les autres mouvements insurrectionnels et tenir compte du rôle politique grandissant joué par l'armée en lutte contre la subversion. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LÓPEZ MICHELSEN ALFONSO - (1913-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfonso-lopez-michelsen/