RYKOV ALEXEÏ IVANOVITCH (1881-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de paysans, né à Saratov, Alexeï Ivanovitch Rykov s'engage dans le mouvement révolutionnaire dès le lycée et adhère en 1900 au Parti ouvrier social-démocrate de Russie (P.O.S.D.R.) à Kazan'. Il joue un rôle de premier plan dans le bolchevisme naissant. Chargé de diverses missions à l'étranger, mais surtout en Russie, il est élu au comité central dès le IIIe congrès à Londres en 1905 où il s'oppose à Lénine, prenant la tête des militants de l'intérieur. Il est dès lors presque constamment réélu au comité central et siège au bureau politique de 1919 à 1930. Il s'oppose une nouvelle fois à Lénine en 1910, en tant que chef de file des conciliateurs. Mais c'est en Russie même que se déroule l'essentiel de son activité. Arrêté à de multiples reprises, emprisonné, exilé, il est libéré par la révolution de Février. Il entre alors au soviet de Moscou et est élu à son présidium. Partisan après Octobre d'une alliance avec les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires, il fait néanmoins partie du premier gouvernement bolchevique en tant que commissaire du peuple à l'Intérieur puis est nommé en mars 1918 à la tête du Conseil supérieur de l'économie nationale (C.S.E.N.). Adversaire acharné de Trotski lors de la querelle syndicale en 1920, il perd provisoirement, jusqu'en 1923, son poste au C.S.E.N. Il assure l'intérim de Lénine durant la maladie de ce dernier et lui succède à la présidence du Conseil des commissaires du peuple après sa mort. À ce poste, il combat l'Opposition de gauche, puis, avec plus de virulence encore, l'Opposition unifiée. L'un des dirigeants du bloc des droites avec Boukharine et Tomski, il s'oppose à la politique de superindustrialisation proposée par la gauche. Mis en cause dès 1927, lors du procès des ingénieurs du Donetz, il se rallie à Staline et n'est déchu de ses fonctions gouvernementales qu'à la fin de 1930. Arrêté en 1937, il est l'un des principaux accusés du troisième grand procès de Moscou. Rykov est condamné à mort et est exécuté.

—  Claudie WEILL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RYKOV ALEXEÏ IVANOVITCH (1881-1938)  » est également traité dans :

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « meilleur disciple de Lénine » »  : […] Dans les luttes de succession qui s'ouvrent dès la disparition de Lénine (21 janvier 1924), Staline montre infiniment plus de volonté et de sens tactique que ses adversaires. Il joue à la perfection les uns contre les autres, s'alliant d'abord avec Zinoviev et Kamenev pour éliminer du jeu politique son adversaire le plus dangereux, Trotski. Une fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_41446

Pour citer l’article

Claudie WEILL, « RYKOV ALEXEÏ IVANOVITCH - (1881-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-ivanovitch-rykov/