VINET ALEXANDRE (1797-1847)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Critique et théologien protestant suisse, Vinet enseigna d'abord la langue et la littérature françaises à Bâle (1817), puis la théologie pratique à Lausanne (1837) et enfin, dans la même ville, la littérature française (1845). Ordonné pasteur en 1819, il n'accepte pas de charge pastorale, mais prêche très volontiers. En 1846, lors de la révolution vaudoise, il abandonne ses fonctions pour se consacrer à l'organisation des Églises indépendantes. Vinet soutient que l'Évangile répond aux besoins les plus intimes de l'âme et que l'homme ne peut trouver la paix qu'en acceptant le don que Dieu lui fait en Jésus-Christ. L'exploration de ce don est le privilège et le devoir des croyants. Confronté sans cesse au problème du rapport entre l'Église et l'État, Vinet affirme l'indépendance radicale de celle-là à l'égard de la société civile.

Il a écrit notamment La Liberté des cultes (1816) ; Essai sur la manifestation des convictions religieuses et sur la séparation de l'Église et de l'État (1842) ; Discours sur quelques sujets religieux (1831) ; Nouveaux Discours sur quelques sujets religieux (1841) ; Méditations évangéliques (1849) ; Études sur Pascal (1848) ; Études sur la littérature française au XIXe siècle (1849) ; Études sur la littérature française au XVIIe siècle (1857).

—  Jean-Louis KLEIN

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VINET ALEXANDRE (1797-1847)  » est également traité dans :

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Enfants de Calvin et de Rousseau »  : […] Traçons encore quelques filières morales. Une singularité, chez ces francophones, est donc le calvinisme majoritaire. Comment son influence s'est-elle exercée en littérature depuis le xvi e  siècle ? Les intellectuels, plus souvent magisters et pasteurs que poètes aux mains nues, vont pratiquer jusqu'à l'obsession l'examen de conscience. Rien, ici, qui ait favorisé un art de cour, les plaisirs de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « VINET ALEXANDRE - (1797-1847) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-vinet/