LA GUMA ALEX (1925-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain sud-africain noir, né le 20 février 1925 au Cap, mort le 11 octobre 1985 à La Havane (Cuba).

Alex La Guma grandit au sein d'une famille qui milite activement en faveur des droits de la population noire. En 1960, il rejoint la rédaction du journal progressiste New Age. Au cours des années suivantes, ses activités anti-apartheid lui valent d'être arrêté et emprisonné à plusieurs reprises. Ses œuvres sont interdites par les autorités sud-africaines et on l'empêche de s'exprimer en public. En 1966, La Guma et sa famille s'exilent à Londres où ils vivent jusqu'en 1979. À la fin de sa vie, l'écrivain devient le représentant de l'A.N.C. (African National Congress, parti interdit en Afrique du Sud à l'époque) à Cuba.

Son premier roman, A Walk in the Night (1962, Nuit d'errance) évoque la lutte contre l'oppression d'un groupe de protagonistes qui vivent dans le quartier le plus difficile du Cap et, plus précisément, la déchéance morale d'un jeune homme licencié sans raison. Le thème de la contestation est repris par And a Threefold Cord (1964), qui dépeint les effets délétères de l'apartheid sur une famille du ghetto, ainsi que par The Stone-Country (1967), inspiré des expériences carcérales de l'auteur. Les nouvelles de La Guma sont publiées dans de nombreuses anthologies et magazines. Le roman In the Fog of the Season's End (Les Résistants du Cap), qui traite de l'apartheid, est publié en 1972, puis vient Time of the Butcherbird (L'Oiseau meurtrier), en 1979, où il relate le déplacement des populations tribales imposé par le gouvernement sud-africain. La Guma est salué pour son style vivace, ses dialogues hauts en couleur et sa manière de parler avec empathie et réalisme d'individus opprimés condamnés à mener une vie sordide. Particulièrement courtes, ses œuvres sont d'autant plus frappantes qu'aucun détail n'échappe à leur auteur qui sait exploiter à merveille l'éloquence de l'humour, des émotions ou de l'horreur d'une situation.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LA GUMA ALEX (1925-1985)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La littérature des bidonvilles, jusqu'à Sharpeville (1960) »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la république connaît une urbanisation forcenée. Les Noirs s'entassent dans les faubourgs des centres industriels en plein essor. Dans les zones rurales, les bantoustans (enclaves indigènes) deviennent des réservoirs de main-d'œuvre bon marché. La législation de l'apartheid étend partout le filet de ses interdits. L'Africain se prolétarise. La littératur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_90397

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La question du « binarisme » »  : […] Selon une idée reçue, les écrivains postcoloniaux seraient englués dans un conflit sans issue entre deux cultures, entre tradition et modernité, entre ville et campagne. C'est oublier que l'évolution des aires culturelles remet souvent en question de telles dichotomies. Si, marginalement, ce cliché possède une certaine pertinence, notamment dans la francophonie, dans la zone anglophone on rencontr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_90397

Pour citer l’article

« LA GUMA ALEX - (1925-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alex-la-guma/