ALBION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme d'Albion désigne la Grande-Bretagne. Au temps des guerres révolutionnaires et napoléoniennes en particulier, et pendant une grande partie du xixe siècle, puis dans les périodes de tension, il a été employé par bien des auteurs français accolé à l'épithète « perfide ». Le mot paraît d'origine très ancienne, son usage est attesté par Bède le Vénérable au début du viiie siècle et d'aucuns l'ont retrouvé dans un texte attribué à Aristote. L'étymologie ne pose guère de question : albus en latin et alban en gaélique signifient « blanc », et cela fait probablement référence à la couleur des falaises de Douvres qu'ont aperçues bien des visiteurs guerriers, commerçants... jusqu'aux modernes touristes. Les plus puissants des rois anglo-saxons ont arboré parfois le titre prestigieux de Rex Albionis insulae, mais cet usage disparaît avec la conquête normande. Les poètes ont été bientôt seuls à utiliser une dénomination devenue visiblement désuète.

—  Roland MARX

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ALBION  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Le temps des Celtes et des Romains »  : […] Avant l'arrivée des Romains, la Grande-Bretagne n'est pas véritablement entrée dans l'histoire : il appartient aux archéologues d'aujourd'hui de compléter les renseignements prodigués par les conquérants et leurs successeurs. On a clairement établi que l'Angleterre avait connu une préhistoire très riche, dont les phases sont en partie liées à la venue de groupes plus ou moins nombreux d'immigrant […] Lire la suite

Les derniers événements

16 septembre 1996 France. Fin des activités de la base de missiles stratégiques du plateau d'Albion

En application de la décision du Conseil de défense de février, la base de missiles stratégiques du plateau d'Albion, en haute Provence, cesse ses activités d'alerte dans le cadre de la dissuasion nucléaire. Opérationnelle depuis 1971-1972, elle comprenait dix-huit missiles enfouis dans des silos. Le dispositif doit être démantelé dans un délai de trente mois. […] Lire la suite

22 février 1996 France. Présentation du projet de professionnalisation de l'armée

La nouvelle politique de défense reste axée sur la stratégie de la dissuasion nucléaire, mais la base de missiles du plateau d'Albion doit être abandonnée, et les missiles sol-sol Hadès qui équipaient l'armée de terre doivent être démantelés. La professionnalisation des trois armes et de la gendarmerie répond à la nécessité de pouvoir déployer de cinquante mille à soixante mille hommes hors du territoire national. […] Lire la suite

18 octobre 1993 Royaume-Uni. Abandon du projet franco-britannique de missile nucléaire aéroporté

Outre qu'il remet en cause le remplacement des missiles sol-sol S3 D français enterrés dans le plateau d'Albion, cet abandon prive les puissances nucléaires de la Communauté européenne de la démonstration symbolique qu'aurait constituée la conception d'une arme destinée à la défense communautaire.  […] Lire la suite

23-26 juin 1986 Niger – France. Visite du général Seyni Kountché en France

À l'occasion de ce premier séjour officiel depuis son accession au pouvoir en 1974, il s'entretient avec François Mitterrand et Jacques Chirac, ainsi qu'avec Jacques Chaban-Delmas, puis se rend au plateau d'Albion où est installée la force de frappe française. En marge de cette visite, une convention d'aide budgétaire d'un montant de 40 millions de francs est signée le 26. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « ALBION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albion/