Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AIUS LOCUTIUS

En ~ 391, une voix surhumaine se fit entendre dans une rue de Rome et annonça à un plébéien, Marcus Caedicius, l'approche des Gaulois ; les autorités romaines ne tinrent pas compte de l'avertissement. Après l'occupation de la ville par les Gaulois et la victoire définitive des Romains, le dictateur Camille décida d'élever, par mesure d'expiation, une chapelle à l'endroit même où s'était fait entendre la voix (dans la rue Neuve, près du temple de Vesta). La prudence religieuse des Romains leur interdisait de tirer des conclusions hasardeuses d'un fait qu'ils ne pouvaient déterminer avec certitude et d'attribuer le phénomène à un dieu déjà connu ; aussi, sans chercher à préciser davantage la nature de la divinité, dont la seule manifestation certaine était la parole, se contentèrent-ils de l'appeler Aius Loquens (Aius Locutius dans Tite-Live), nom composé de deux termes signifiant chacun « parler ».

— Catherine SALLES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégée de lettres classiques, assistante à l'université de Paris-X

Classification

Pour citer cet article

Catherine SALLES. AIUS LOCUTIUS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

    • Écrit par Pierre GRIMAL
    • 7 011 mots
    ...dont on avait cru discerner l'intervention. Par exemple, une voix mystérieuse s'étant fait entendre, en une circonstance importante, on rendit un culte à Aius Locutius (le « Parleur »). Le formalisme du culte est ainsi tempéré par une souplesse dans l'invention – mais celle-ci est réglée par les autorités...

Voir aussi