ITURBIDE AGUSTÍN DE (1783-1824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Général et homme d'État mexicain, né le 27 septembre 1783 à Valladolid, en Nouvelle-Espagne (auj. Morelia, Mexique), mort le 19 juillet 1824 à Padilla, au Mexique.

À l'instar de nombreux jeunes gens de haute extraction dans l'Amérique espagnole, Agustín de Iturbide s'enrôle dans l'armée royale et, en 1797, devient officier du régiment provincial de sa ville natale. En 1810, le prêtre catholique et leader révolutionnaire Miguel Hidalgo y Costilla (1753-1811) lui propose un poste dans l'armée révolutionnaire, mais Iturbide décline l'offre et se voue au contraire à la cause espagnole. Lors de la défense de Valladolid contre les forces révolutionnaires de José María Morelos (1765-1815), prêtre catholique ancien élève de Miguel Hidalgo, il inflige aux insurgés de lourdes pertes et, en récompense, est investi du commandement du district militaire de Guanajuato et de Michoacán. Mais, en 1816, il est limogé à la suite de graves accusations d'extorsion et de violence.

En 1820, les forces indépendantistes radicales sont exsangues. Hidalgo et Morelos ont tous deux été arrêtés et exécutés. Seules des bandes de guérilleros (menées par le général Vicente Guerrero) font obstacle à la victoire complète des royalistes. Le mouvement d'indépendance mexicain accomplit alors un curieux volte-face. En réaction au coup d'État libéral perpétré en Espagne, les conservateurs mexicains (jusqu'ici d'indéfectibles royalistes) réclament l'indépendance immédiate. Iturbide prend dès lors le commandement de l'armée et, à Iguala, réunit ses forces réactionnaires à celle des insurgés radicaux de Guerrero. Publié par Iturbide le 24 février 1821, le programme d'Iguala proclame trois garanties : l'indépendance immédiate par rapport à l'Espagne, l'égalité entre Espagnols et créoles, ainsi que la primauté du catholicisme et l'interdiction de toute autre religion. L'Armée des trois garanties soumet rapidement le pays à la nouvelle autorité. Le 24 août 1821, Juan O'Donojú, nouveau [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Classification


Autres références

«  ITURBIDE AGUSTÍN DE (1783-1824)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La victoire des patriotes (1816-1824) »  : […] Militairement, l'Espagne et les loyalistes semblent avoir gagné la partie. Ils ne tarderont pas à la perdre sur le plan politique. Ferdinand VII n'eut ni la générosité ni l'intelligence de faire à ses sujets américains les quelques concessions qui auraient pu récompenser les loyalistes de leur fidélité, et rallier, parmi les hésitants et les vaincus, ceux qui n'aspiraient qu'à la paix. Ce conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/#i_36122

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 124 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] La société coloniale a porté tous ses fruits au cours du brillant xviii e  siècle dont le baron Alexandre de Humboldt a laissé un tableau saisissant, à la veille de l'indépendance. Deux sociétés parallèles existaient depuis la conquête : les Indiens, à mi-chemin entre deux mondes ; les Européens, qui contrôlaient la vie économique, politique et so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mexique/#i_36122

Pour citer l’article

« ITURBIDE AGUSTÍN DE - (1783-1824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agustin-de-iturbide/