AGOSTINO, Alberto MoraviaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Durant les années 1930, la littérature narrative italienne se caractérise par une floraison de récits d'enfance et d'adolescence auxquels Moravia contribue par deux nouvelles qui préfigurent Agostino et La Désobéissance (1948) : Hiver de malade (1930), inspirée par son séjour au sanatorium, décrit la relation sado-masochiste d'un adolescent introverti et de son compagnon de chambre adulte ; quant à La Chute (1940), elle conte sur le mode symbolique l'initiation d'un jeune convalescent en vacances. Dans un essai de 1941, Memoria e romanzo, l'écrivain qui atteint déjà sa maturité s'élève contre le culte naïf des souvenirs d'enfance qui ne sauraient suffire à produire de la poésie, tout en reconnaissant le rôle privilégié de la mémoire qui ordonne un roman « selon le temps idéal ou idéologique qui n'est pas le temps naturaliste ». Réfugié à Capri avec Elsa Morante pour fuir les persécutions raciales (de son vrai nom Alberto Pincherle, Moravia a une ascendance juive), il compose en ce début de guerre Agostino qui ne sera publié qu'après la destitution de Mussolini, en 1945.

« Il n'y a pas d'innocence enfantine », écrivait dans ses Confessions saint Augustin. Peut-être faut-il voir là la source du prénom de son héros, à moins que ce ne soit une référence à Augustin Meaulnes, le livre d'Alain-Fournier ayant eu un énorme succès en Italie après sa traduction en 1931. Agostino est le drame de la perte de l'innocence et d'une initiation sinon manquée, du moins inachevée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

6-13 juin 1988 U.R.S.S. Célébration du millénaire de l'Église orthodoxe russe

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, arrive à Moscou pour participer, avec de nombreux autres prélats chrétiens, à la célébration du millénaire du baptême du grand-prince Vladimir, événement fondateur du christianisme en Russie. Il représente Jean-Paul II qui n'a pas été invité. Le 10, au cours d'une cérémonie officielle à laquelle assiste […] Lire la suite

2-7 juillet 1985 Vatican – Europe de l'Est. Publication d'une encyclique et cérémonies en Yougoslavie et en Tchécoslovaquie pour le 1 100e anniversaire de la mort des saints Cyrille et Méthode

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican. Le 7, en Tchécoslovaquie, où la répression contre l'Église catholique se poursuit depuis 1950, cent cinquante mille fidèles se réunissent à Velehrad (Moravie). En présence de Mgr Casaroli – mais en l'absence de tout autre prélat étranger –, le ministre de la Culture, Milan Klusak, prend la parole et  […] Lire la suite

28-30 juillet 1984 France – Italie. Visite du Premier ministre Pierre Mauroy à Rome

Agostino Casaroli, secrétaire d'État, avant de déclarer que « la liberté de l'enseignement n'a jamais été mise en cause » en France. […] Lire la suite

9 avril 1984 Vatican. Nominations à la curie

Agostino Casaroli, secrétaire d'État, sont renforcés : c'est lui qui assumera désormais, en plus de ses fonctions, la gestion du Vatican. Cinq cardinaux changent de responsabilité ; on note en particulier le remplacement, à la tête de la congrégation des évêques, d'un Italien, le cardinal Sebastiano Baggio, par le cardinal béninois Bernardin Gantin […] Lire la suite

18-21 février 1984 Italie – Vatican. Nouveau concordat et nouveaux rapports entre les États et les Églises

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, un nouveau concordat, qui remplace les accords du Latran signés par Mgr Gasparri et par Mussolini en 1929 : le catholicisme cesse d'être religion d'État en Italie, et l'État italien renonce à tout contrôle politique ou administratif sur la hiérarchie catholique. Le 21, le gouvernement conclut, dans le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert BOSETTI, « AGOSTINO, Alberto Moravia - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agostino/