AGOSTINO, Alberto MoraviaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une initiation inachevée

Moravia, en fils d'une bourgeoisie responsable à ses yeux du fascisme, a toujours éprouvé un complexe d'infériorité et de culpabilité à l'égard du peuple. Il exprime un sentiment commun à toute une génération d'enfants de la Belle Époque qui, avec l'embrigadement de la jeunesse et la guerre, ont subi un brassage social parfois traumatisant. Cette bande d'adolescents anticipe les Ragazzi di vita (1955) de Pasolini : leur violence, c'est le choc du réel qui fait voler en éclats les illusions de l'enfance et le sentiment de sécurité de la bourgeoisie.

Par contre, bien qu'entraîné par un camarade vers une maison close, Agostino ne parviendra pas à franchir le pas pour « devenir un homme » : « Mais il n'était pas un homme ; et bien du temps malheureux passerait avant qu'il ne le soit », dit la dernière phrase du roman. La crise de l'adolescence sera contée dans La Désobéissance (1948).

Le regard perspicace de Moravia excelle à analyser la difficile sortie d'une enfance bourgeoise trop choyée. L'écrivain affirmait vouloir aller à l'essentiel et ne rien laisser dans l'ombre. De ce point de vue, ce court roman à la troisième personne, où rien n'est inutile et où tout est centré sur l'évolution des sentiments et de l'état d'esprit du jeune garçon, est une réussite. Il offre un bel exemple de réalisme symbolique, où chaque scène et le moindre décor semblent participer d'un rite initiatique.

Agostino a été adapté au cinéma en 1962 par Mauro Bolognini.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

6-13 juin 1988 U.R.S.S. Célébration du millénaire de l'Église orthodoxe russe

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, arrive à Moscou pour participer, avec de nombreux autres prélats chrétiens, à la célébration du millénaire du baptême du grand-prince Vladimir, événement fondateur du christianisme en Russie. Il représente Jean-Paul II qui n'a pas été invité. Le 10, au cours d'une cérémonie officielle à laquelle assiste […] Lire la suite

2-7 juillet 1985 Vatican – Europe de l'Est. Publication d'une encyclique et cérémonies en Yougoslavie et en Tchécoslovaquie pour le 1 100e anniversaire de la mort des saints Cyrille et Méthode

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican. Le 7, en Tchécoslovaquie, où la répression contre l'Église catholique se poursuit depuis 1950, cent cinquante mille fidèles se réunissent à Velehrad (Moravie). En présence de Mgr Casaroli – mais en l'absence de tout autre prélat étranger –, le ministre de la Culture, Milan Klusak, prend la parole et  […] Lire la suite

28-30 juillet 1984 France – Italie. Visite du Premier ministre Pierre Mauroy à Rome

Agostino Casaroli, secrétaire d'État, avant de déclarer que « la liberté de l'enseignement n'a jamais été mise en cause » en France. […] Lire la suite

9 avril 1984 Vatican. Nominations à la curie

Agostino Casaroli, secrétaire d'État, sont renforcés : c'est lui qui assumera désormais, en plus de ses fonctions, la gestion du Vatican. Cinq cardinaux changent de responsabilité ; on note en particulier le remplacement, à la tête de la congrégation des évêques, d'un Italien, le cardinal Sebastiano Baggio, par le cardinal béninois Bernardin Gantin […] Lire la suite

18-21 février 1984 Italie – Vatican. Nouveau concordat et nouveaux rapports entre les États et les Églises

Agostino Casaroli, secrétaire d'État du Vatican, un nouveau concordat, qui remplace les accords du Latran signés par Mgr Gasparri et par Mussolini en 1929 : le catholicisme cesse d'être religion d'État en Italie, et l'État italien renonce à tout contrôle politique ou administratif sur la hiérarchie catholique. Le 21, le gouvernement conclut, dans le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert BOSETTI, « AGOSTINO, Alberto Moravia - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agostino/