AGASTYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sage légendaire indien, Agastya a joui d'une popularité qui fut grande surtout dans le Sud de l'Inde et qui s'est propagée jusque dans l'ancienne Java. Les récits sur son origine et ses exploits diffèrent selon les époques. Dans les textes védiques il est un rishi (ṛṣi), un des voyants qui ont révélé les hymnes védiques. Il est fils du couple des dieux Mitra et Varuṇa et de la femme céleste Urvaśī. Les traditions ultérieures le font naître dans une jarre. Les textes légendaires classiques (Purāṇa) le présentent comme étant le fils de Pulastya, ancêtre des Rākśasa, êtres non-humains du Sud, qui appartenaient à la religion hindoue, mais troublaient les anachorètes védisants et qui sont entrés en conflit malheureux avec Rāma, incarnation de Viṣṇu. Agastya est du côté des dieux. Il les aide en buvant l'Océan pour leur découvrir des démons ennemis qui s'y étaient cachés ; il tue divers démons (Ilvala et Vātāpi). Il s'est établi dans le Sud, après avoir abaissé les monts Vindhya qui séparent le Nord du Sud, et tient les Rākśasa en respect. Rāma visite son ermitage avec son épouse Sitā et son frère Lakshmaṇa dans leur marche d'exilés vers le Sud. On l'identifie en outre avec l'étoile australe Canopus.

Il est particulièrement célèbre dans la littérature tamoule du Sud, qui connaît de bonne heure ses légendes sanskrites qui, plus tard, lui attribue un grand rôle comme instructeur en grammaire tamoule et comme auteur d'un grand nombre de traités médicaux et qui, enfin, le suppose toujours vivant, pratiquant le yoga, sous la forme d'un nain grand comme la paume de la main, sur le Podiyamalai, petite montagne proche du cap Comorin (KaNNiyakunari). Mais la légende concernant son rôle de grammairien et d'auteur tamoul appartient à un milieu relativement tardif qui est exagérément féru de culture sanskrite et qui veut, contre toute possibilité, faire dériver du sanskrit toute la culture tamoule et jusqu'à la langue tamoule elle-même, encore que celle-ci appartienne à une famille linguistique différente et n'ait fait au sanskrit que des emprunts, nombreux il est vrai, de vocabulaire. En dépit de son adoption et de sa célébrité au pays tamoul, Agastya ne peut pas être considéré, ainsi qu'il l'est parfois chez les modernes, comme l'agent légendaire unanimement reconnu de l'introduction historique de la culture sanskrite en pays tamoul.

Il est représenté dans l'iconographie indienne sous la forme d'un personnage trapu et ventru, portant une barbe en pointe. Il est muni d'un vase à eau et d'un chapelet, parfois d'un bâton et d'un livre.

À Java, des images analogues d'Agastya sont placées dans les temples de Śiva, regardant à l'extérieur face au Sud. Il y est appelé fréquemment Bhaṭaraguru, et Bhaṭaraguru est dit être identique à Hyang Girinātha, roi des dieux, c'est-à-dire Śiva.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Pour citer l’article

Jean FILLIOZAT, « AGASTYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agastya/