WÖLFLI ADOLF (1864-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Interné pour schizophrénie à l'âge de trente et un ans, Adolf Wölfli adopte spontanément un mode d'expression situé en dehors de toute production contemporaine ou filiation artistique, associant au dessin le récit en prose, la poésie et la musique. Né en 1864 à Bowil, en Suisse, dans une famille démunie qui compte sept enfants, orphelin à l'âge de huit ans, il travaille comme employé de ferme dans la région de Berne jusqu'à sa première condamnation pour attentat à la pudeur en 1890 et l'examen psychiatrique qui le conduit en 1895 à l'hôpital psychiatrique de la Waldau. C'est là qu'il passera les trente-cinq dernières années de sa vie. Si les recherches artistiques de Wölfli débutent en 1899, les premiers dessins conservés datent de 1904 et les écrits de 1908. En noir et blanc, puis en couleurs à partir de 1907, les trois mille dessins réalisés révèlent une calligraphie serrée et continue de laquelle émergent des motifs récurrents (lettres et chiffres, signes ornementaux et géométriques, mandalas, escargots, petits oiseaux, visages hiératiques, masques). Au-delà de l'imaginaire de l'artiste, les sources d'inspiration sensibles, et possibles, de l'œuvre semblent provenir de la culture populaire : vignettes de dictionnaires, imageries populaires et décors de mobilier paysan servent de modèles aux compositions ou sont intégrés aux dessins sous forme de collages (coupures publicitaires, images de mode). Constitué de vingt-cinq mille pages écrites entre 1908 et 1930, l'œuvre narrative débute avec la biographie imaginaire de l'artiste qui se divise en trois grands ensembles : les voyages de la famille Wölfli, les voyages d'exploration de la nature et les voyages cosmiques. L'écriture, intimement mêlée au dessin, crée un langage complexe et unifié (Du berceau au tombeau, 1908-1912). Des Morceaux de musique (1904-1906) à La Marche funèbre (1928-1930), dernier recueil conçu comme une grande composition musicale, la musique, autre source d'inspiration populaire, semble constituer la clé de voûte de l'œuvre, assurant sa cohérence et sa c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WÖLFLI ADOLF (1864-1930)  » est également traité dans :

ART BRUT

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 2 831 mots

Dans le chapitre «  L'art brut dans son histoire »  : […] L'art brut trouve son origine dans la seconde moitié du xix e  siècle, à partir du moment où, peu à peu, les productions de marginaux commencent à être regardées, sinon comme des œuvres artistiques, du moins comme des constructions originales de l'imaginaire. Au tout début du xx e  siècle, le corp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-brut/#i_4292

MALADES MENTAUX ŒUVRES DES

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 021 mots

Dans le chapitre « Musée imaginaire de la folie et sélection des œuvres »  : […] Ce corpus comporte trois formes très différentes. Un premier groupe de recherches s'intéresse à des sujets particuliers, à des individus producteurs d'art. Font partie de ce groupe les études qui concernent des peintres « reconnus » ayant présenté à un moment de leur existence des symptômes pathologiques : Piero di Cosimo, Parmesan, Goya, Blake, Géricault, Méryon, les Suédois Josephson et Hill en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-des-malades-mentaux/#i_4292

RILEY TERRY (1935- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 226 mots

Le compositeur américain Terry Riley est, avec La Monte Young, Philip Glass et Steve Reich, un des quatre grands pionniers du courant répétitif- minimaliste. Terry Mitchell Riley naît le 24 juin 1935 à Colfax (Californie). Il commence à composer dès l'âge de dix-neuf ans, tout en accomplissant de solides études musicales : il étudie le piano avec Duane Hampton et la théorie avec Ralph Wadsworth (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terry-riley/#i_4292

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRADIER
  •  • 9 668 mots

Dans le chapitre « Le théâtre dans l'univers »  : […] Dans bon nombre de cultures, les pratiques performatives appartiennent au champ du bien-être et du soin. L'aspect thérapeutique était déjà présent au niveau musical dans la tragédie grecque. Il n'est pas anodin que l'ensemble des danses exécutées dans l'enceinte des temples bouddhiques à l'occasion des fêtes, au Japon, ait été appelé Ennen au xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-theatre-et-societes/#i_4292

Pour citer l’article

Cécile GODEFROY, « WÖLFLI ADOLF - (1864-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-wolfli/