KUYPER ABRAHAM (1837-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique et théologien néerlandais, né le 29 octobre 1837 à Maassluis (Pays-Bas), mort le 8 novembre 1920 à La Haye.

Après avoir été pasteur à Beesd, en Utrecht, et à Amsterdam (1863-1874), Abraham Kuyper adopte la foi calviniste orthodoxe de Guillaume Groen van Prinsterer. En 1872, il fonde De Standaard, journal qui devient le porte-parole des idées de Groen. Élu à l'Assemblée en 1874, il devient le chef de file du groupe politique de Groen, qu'il élargit pour former en 1878 le Parti antirévolutionnaire, premier parti politique néerlandais véritablement organisé. Bien plus pragmatique que son maître à penser, Kuyper rassemble une large base issue des classes inférieure et moyenne autour d'un programme mêlant orthodoxie religieuse et progressisme social.

Afin d'améliorer la formation dogmatique des pasteurs calvinistes, il fonde l'université libre d'Amsterdam en 1880. Jugeant les positions de l'Église réformée néerlandaise (Hervormde Kerk) trop aristocratiques, il quitte cette dernière en 1886 et fonde une nouvelle Église réformée (Gereformeerde Kerken) en 1892.

En 1888, Kuyper forme une coalition entre le Parti antirévolutionnaire et le groupe catholique mené par Hermanus Schaepman, qui s'empare du pouvoir et met ainsi fin à l'ère libérale. La loi scolaire adoptée par la coalition en 1889 octroie pour la première fois des subventions nationales aux écoles catholiques. Réélu à l'Assemblée en 1894, Kuyper forme en 1897 une nouvelle coalition avec les trois groupes confessionnels : les catholiques, le Parti antirévolutionnaire et l'Union chrétienne historique, laquelle a fait scission avec les antirévolutionnaires sur la question électorale. Devenu Premier ministre et ministre de l'Intérieur en 1901, Kuyper assure la médiation entre l'Angleterre et les Boers pendant la guerre des Boers (1899-1902).

S'il réprime la grève des cheminots et des dockers en 1903, il prône l'extension du droit de vote et des avantages sociaux. Son gouvernement est le premier à reconnaître officiellement les universités confessionnelles. Après la victoire d'une coalition libérale lors des élections de 1905, Kuyper voit son influence politique décliner. Membre de la chambre haute de 1908 à 1912, il reviendra ensuite à la chambre basse jusqu'à sa mort.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KUYPER ABRAHAM (1837-1920)  » est également traité dans :

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La formation des partis politiques »  : […] Les partis au sens moderne du terme n'apparurent qu'assez tardivement aux Pays-Bas. Jusqu'aux années 1870, les députés au Parlement agissaient à titre individuel. L'ascendant de Johann Rudolf Thorbecke conféra au courant libéral un caractère bien marqué. Par contre, le flou de la « sensibilité conservatrice » doit beaucoup à l'absence d'un centre libéral qui en aurait été l'âme. Les catholiques re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_96674

Pour citer l’article

« KUYPER ABRAHAM - (1837-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-kuyper/