ABE KŌBŌ (1924-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils aîné d'un professeur de médecine à l'université de Moukden, né à Tōkyō, Abe Kōbō passe toutefois en Mandchourie ses années d'enfance et d'adolescence jusqu'en 1943. Cette période de formation, vécue sur un sol étranger, explique sans doute l'image fréquente dans son œuvre du sable et du désert, urbain ou naturel ; elle est peut-être aussi à l'origine du caractère irréel du Japon et de sa culture, reçus par le truchement des manuels scolaires dans un pays géographiquement et culturellement autre. La quête incessante d'une patrie et d'une identité, le sentiment d'étrangeté ou d'exclusion qui caractérisent ses personnages trouvent également leur source dans la perte des paysages de l'enfance, après 1945, et le retour dans un Japon défait et inconnu. Il abandonne en 1948 les études de médecine entreprises à l'université de Tōkyō et, dans une misère noire, se consacre à la littérature. Ses modèles sont surtout occidentaux : Rilke et Edgar Poe, puis Kafka, l'existentialisme et le surréalisme.

Son roman Le Mur. Le crime de S. Karuma (1951) obtient le prix Akutagawa. À la même époque il s'inscrit au Parti communiste, publie régulièrement des nouvelles et des romans et, en 1956, est invité à Prague par l'Union des écrivains tchèques. Son roman de science-fiction Inter Ice Age 4 (1958) traduit en un mouvement qui caractérise toute son œuvre — la rigueur scientifique prend l'insolite pour point de départ — l'angoisse du présent aux prises avec le futur.

Il connaît une consécration internationale à partir de 1962 grâce à La Femme des sables ; le film du même nom, dont il écrit le scénario, est primé en 1964 au festival de Cannes. À la même époque, il est exclu du Parti communiste pour déviation trotskiste.

Il poursuit parallèlement une carrière de romancier et d'homme de théâtre. Ses romans traduits à l'étranger, La Face d'un autre (1967), Le Plan déchiqueté (1967), L'Homme-boîte (1973), Rendez-vous secret (1977), ou sa pièce Friends (1967) — jouée à Paris en 1981 sous le titre Nos Merveilleux Amis — témoignent, même si les sujets d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, agrégée de lettres classiques, docteur de troisième cycle, maître de conférences de littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  ABE KOBO (1924-1993)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Temps d'apocalypse »  : […] Le 25 novembre 1970, les quotidiens d'Europe annoncèrent à la une la mort de Mishima Yukio. Des photos montraient, dans les bâtiments des Forces armées au centre de Tōkyō, la mise en scène sanglante qu'il avait conçue, mais ce n'étaient que des images grises où se distinguaient à peine quelques silhouettes. Elles suscitèrent la stupeur, l'inquiétude. Moins vives furent les réactions quand fut conn […] Lire la suite

TESHIGAHARA HIROSHI (1927-2001)

  • Écrit par 
  • Max TESSIER
  •  • 763 mots

Maître d'Ikebana (art de l'arrangement floral), auteur de yakimono (poteries) et d'arrangements artistiques divers, metteur en scène de cinéma, de théâtre et d'opéra, le Japonais Teshigahara Hiroshi est un artiste complet, goûtant à toutes les disciplines, et alliant la modernité la plus radicale à la tradition la plus vivante. Fils du grand maître d'Ikebana Teshigahara Sofu, fondateur de la célèb […] Lire la suite

Les derniers événements

Japon. Nomination de Yoshihide Suga au poste de Premier ministre. 14-16 septembre 2020

Le 14, le Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir élit à sa tête Yoshihide Suga, chef du secrétariat du Premier ministre sortant Shinzō Abe et porte-parole du gouvernement. Le 16, le Parlement élit celui-ci au poste de Premier ministre. Yoshihide Suga doit achever le mandat de Shinzō Abe, qui court jusqu’à septembre 2021. Ce dernier avait annoncé sa démission en août. […] Lire la suite

Japon. Annonce de la démission du Premier ministre Shinzō Abe. 28 août 2020

Le Premier ministre Shinzō Abe annonce son intention de démissionner, pour raison médicale. En fonction depuis décembre 2012, il venait de battre le record de longévité à la tête du gouvernement. Les scandales qui ont émaillé son mandat et les critiques de sa gestion de la crise liée à la Covid-19 avaient fait chuter son taux de popularité. […] Lire la suite

Japon. Levée de l’état d’urgence lié à la Covid-19. 18-25 mai 2020

Le 18, la publication des chiffres de la croissance confirme l’entrée en récession du pays. Le PIB du premier trimestre s’est contracté de 0,9 p. 100 par rapport à celui du dernier trimestre de 2019 qui était déjà négatif. Le 25, le Premier ministre Shinzō Abe annonce la levée de l’état d’urgence […] Lire la suite

Japon. Proclamation de l’état d’urgence face à l’épidémie de Covid-19. 7-29 avril 2020

Le 7, le Premier ministre Shinzō Abe proclame l’état d’urgence, sous la pression d’autorités locales et de responsables médicaux, dans les villes et départements les plus touchés par la Covid-19, dont Tōkyō et Ōsaka. Cette mesure permet aux autorités locales d’imposer le confinement […] Lire la suite

Japon. Élections sénatoriales. 21 juillet 2019

Le Parti libéral démocrate (PLD) du Premier ministre Shinzō Abe et son allié au pouvoir le parti Kōmeitō disposent de 141 sièges sur 245 au Sénat, au terme du renouvellement de la moitié des membres de la Chambre haute. Le PLD perd sa majorité absolue et la coalition au pouvoir n’atteint pas la majorité des deux tiers nécessaire pour réviser la charte fondamentale. Le taux de participation n’est que de 48,8 p. 100. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie CECCHI, « ABE KŌBŌ (1924-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abe-kobo/