ABD EL-KRIM (1882-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Abd el-Krim

Abd el-Krim
Crédits : Alfonso Junr/ Getty Images

photographie

La défense de Tétouan

La défense de Tétouan
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Rif

Guerre du Rif
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie


Un initiateur

Quel est le rôle historique d'Abd el-Krim et son exacte personnalité ? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux roguis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest ? Pour P. Montagne, il « représente authentiquement le vieux Maroc des tribus », et « les résistances acharnées qu'oppose l'Islam traditionnel à l'influence de l'Occident ». Il est avant tout un homme du passé, un « primitif » de la révolte. D'autres, tel Pessah Shinar, sont sensibles à son modernisme, à ce qu'il apporte « de neuf dans les annales politico-religieuses du Maghreb : la première manifestation d'un nationalisme arabo-berbère militant et d'un modernisme islamique dans un environnement purement berbère ».

Au Maroc, le soulèvement d'Abd el-Krim eut une influence considérable. Il mit un terme au « lyautéisme » et, malgré les craintes et les réticences d'une large partie de la bourgeoisie, donna aux Marocains un héros national.

Le retentissement de son action s'étendit du Maroc à la Tunisie et atteignit l'Orient, traversé par la crise de l'après-guerre, ébranlé par la chute du califat et la montée du nationalisme.

La guerre du Rif servira de modèle aux mouvements d'indépendance d'autres pays colonisés. Hô Chi Minh, glorifiant en Abd el-Krim le « précurseur », reconnaît tout ce que les révoltes armées doivent à ce modèle de résistance : action étendue et simultanée pour empêcher la concentration ennemie, mise en condition de la population, recours aux initiatives diplomatiques diverses, appel à l'opinion publique, formation de comités de soutien...

Dans les années 1980, le rôle d'Abd el-Krim dans les origines de la guerre du Rif fut remis en cause. Il aurait plus suivi le mouve [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ABD EL-KRIM (1882-1963)  » est également traité dans :

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 326 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Dans le régime du protectorat (1912-1930) »  : […] Le régime du protectorat est hypothéqué par les engagements internationaux, comme l'acte d'Algésiras qui, imposant le système de la porte ouverte, interdisait toute mesure de protection douanière, et par d'autres accords signés par la France, qui divisaient le pays en trois parties administrées différemment. À l'Espagne fut confiée, le 27 novembre 1912, une zone d'influence au nord (Rif) et au su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maroc/#i_30763

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « ABD EL-KRIM (1882-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-el-krim/