Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

Va-t-en-guerre

  • Nom invariant en genre et en nombre
  • Adjectif invariant en genre et en nombre

Définition

Employé comme adjectif

  1. relatif aux comportements, propos, etc. bellicistes

Employé comme nom

  1. individu qui pousse à la guerre. Belliciste

"va-t-en-guerre" dans l'encyclopédie

  • FRÉDÉRIC VII (1808-1863) roi de Danemark (1848-1863)

    • Écrit par Universalis
    • 2 108 mots

    Deux jours avant la mort de Frédéric VII, la ratification par le Rigsråd d'une Constitution commune au Danemark et au duché de Schleswig va précipiter la guerre avec les puissances germaniques en 1864.

  • ÉDOUARD III (1312-1377) roi d'Angleterre (1327-1377)

    • Écrit par Roland MARX
    • 2 780 mots

    Cet abandon s'explique par le choix d'une vigoureuse politique continentale : après avoir accepté, par l'intermédiaire de sa mère, puis personnellement, de reconnaître la décision des barons français en 1328 et la nouvelle dynastie des Valois, Édouard III en vient à invoquer ses propres titres au trône de France (il est par sa mère, petit-fils de Philippe le Bel) et engage son pays dans ce qui va être la guerre de Cent Ans : poussé, en partie, par des préoccupations économiques dont le commerce avec la Flandre, désireux de récupérer des provinces autrefois liées à l'Angleterre, il est servi par une stratégie nouvelle et l'emploi systématique d'arbalétriers et d'archers ; les victoires de Crécy (1346) et de Poitiers (1356) semblent lui offrir les plus belles espérances ; le traité de Brétigny de 1360 lui reconnaît la possession d'un vaste ensemble en France occidentale, mais le redressement français, sous Charles V, ne lui permet guère de conserver qu'une partie de la Guyenne et Bordeaux ; il léguera ainsi plus de convoitises nostalgiques que de conquêtes réelles.

  • ACHARD MARCEL (1899-1974)

    • Écrit par Robert MANUEL
    • 3 087 mots

    Marcel Achard écrit en 1924 Malborough s'en va-t-en guerre, dont le succès ne s'affirme que quelques années plus tard, dans une reprise faite par Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault. Puis Je ne vous aime pas (1926) et Une balle perdue, adaptation de La Femme silencieuse de Ben Jonson. En 1929, Jean de la Lune, monté par Louis Jouvet, est une révélation : chaque homme peut reconnaître dans Jeff ses propres faiblesses, tandis que l'éternel féminin se retrouve dans le personnage de Marceline qui rejoint, à travers les siècles, la Célimène du Misanthrope de Molière.

  • BARDOT BRIGITTE (1934- )

    • Écrit par Françoise PIERI, Aldo TASSONE
    • 4 044 mots
    • 1 média

    On peut citer parmi les plus populaires : Cette Sacrée Gamine (Michel Boisrond, 1955), En effeuillant la marguerite (Henri Verneuil, 1956), En cas de malheur (Claude Autant-Lara, 1958), La Femme et le Pantin (Julien Duvivier, 1958), Babette s'en va-t-en guerre (Christian Jacques, 1959), Vie privée (Louis Malle, 1961), Le Repos du guerrier (Roger Vadim, 1962), Viva Maria (Louis Malle, 1965), À cœur joie (Serge Bourguignon, 1967).

  • HEARST WILLIAM RANDOLPH (1863-1951)

    • Écrit par Universalis
    • 4 707 mots

    Le New York Journal (qui deviendra le New York Journal-American) atteint un tirage jamais égalé grâce à l'ajout de nombreuses illustrations, à ses sections magazine en couleur, à ses titres racoleurs, à ses articles sensationnalistes sur la criminalité et des sujets pseudo-scientifiques, à ses idées va-t-en-guerre et à son faible coût (un cent). Le Journal de Hearst et le World de Pulitzer s'engagent dans une guerre des tirages ; reportages à sensation et surenchères de promotion mettent le journalisme de New York en ébullition.

Recherche alphabétique

Le Dictionnaire Cordial comporte plus de 120 000 entrées. Il reconnaît les formes fléchies (féminin, pluriel, conjugaison des verbes). Les noms propres ne sont pas pris en compte.