BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GRÉGORIENNE RÉFORME

Nom donné au mouvement animé et dirigé dans la seconde moitié du xie siècle par la papauté, particulièrement à l'initiative du pape Grégoire VII. L'objectif proclamé de la réforme grégorienne fut de rétablir la discipline et de corriger les mœurs des clercs afin de mieux encadrer la société laïque et de faire davantage pénétrer dans les esprits et dans les âmes les obligations de vie découlant du dogme chrétien. Pratiquement, il s'agissait de mettre en place un meilleur épiscopat, grâce auquel le recrutement des prêtres et le contrôle de leur activité seraient améliorés, ce qui, finalement, devait être profitable à la santé morale de tous les fidèles. L'entreprise était ainsi comparable, bien que plus vaste, à celle que, depuis un siècle, de nombreux prélats et des abbés clunisiens conduisaient à l'intérieur du monde seigneurial. Elle en différait fondamentalement par une extrême méfiance à l'égard des pouvoirs laïcs, regardés comme responsables des vices des évêques parce qu'ils intervenaient directement dans l'élection de ceux-ci, et surtout par l'édification dans l'Église, lors de la réalisation, d'un système de gouvernement monarchique entre les mains du pape, au point que certains historiens estiment que la réforme servit d'alibi à une grandiose opération visant à transformer les structures ecclésiales et à faire du pontife romain, avec ses cardinaux et ses légats, grâce au pouvoir de dispense et à l'exemption, la seule autorité souveraine.

L'accomplissement du programme grégorien donna lieu aussitôt à un grave conflit avec l'Empire, la querelle des Investitures, du fait que Grégoire VII (1073-1085) interdit aux laïcs de choisir et d'investir les évêques et prit des sanctions à l'encontre de l'empereur Henri IV, qui récusait le bien-fondé de ces mesures. Poursuivie sous une autre forme par Urbain II, Gélase II et Calixte II, la Querelle s'acheva par un compromis lors du concordat de Worms (1122). Cependant, pendant ces cinquante années, de grands efforts avaient été faits afin de sensibil […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GRÉGORIENNE RÉFORME » est également traité dans :

CHANOINES RÉGULIERS

Écrit par :  Patrice SICARD

…  d'Aix, permettaient cependant la propriété privée. Sous l'influence du mouvement de la réforme *grégorienne (xie-xiie s.), des chanoines voulurent mener « la vie apostolique », c'est-à-dire une vie qui, plus que la vie promue par la règle d'Aix, se rapprochât de celle des apôtres à Jérusalem et de celle… Lire la suite
ECCLÉSIOLOGIE

Écrit par :  Bernard DUPUY

Dans le chapitre "L'Église et la société chrétienne au Moyen Âge"  : …  de l'une et de l'autre furent souvent mélangées. La réforme pontificale de l'Église, dite réforme *grégorienne – elle a commencé avec les papes Léon IX (1049-1054) et Grégoire VII (1073-1085) –, a eu pour effet d'affranchir le gouvernement de l'Église du pouvoir des laïcs, aux mains desquels il était tombé pour une large part (nomination aux… Lire la suite
ÉGLISE, architecture

Écrit par :  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Dans le chapitre "La réforme grégorienne"  : …  seigneur laïc. Il s'agissait, comme il a été dit en une formule, d'« arracher l'Église aux laïcs ». *Le mouvement irrésistible triompha lorsque fut élu sur le trône pontifical, en 1073, un pape qui prit le nom évocateur de Grégoire VII. On lui donna le nom de « réforme grégorienne » ; elle aboutit à créer pour l'Église un nouvel espace de liberté, l… Lire la suite
ÉTIENNE DE GARLANDE (mort en 1150)

Écrit par :  Solange MARIN

… *Sénéchal de Louis VI le Gros, Étienne de Garlande appartient à une famille noble de la Brie. Il succède dans cette charge à deux de ses frères, mais se fait particulièrement remarquer par une ambition effrénée et une absence totale de scrupules qui font de lui, à partir de 1108, le conseiller le plus écouté du roi et parfois le véritable maître du… Lire la suite
GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

Écrit par :  Marcel PACAUT

Dans le chapitre "Bilan de la « réforme grégorienne »"  : …  *Convaincu que la réforme devait au plus vite conduire au rétablissement d'une vie digne dans le clergé, grâce à quoi le christianisme pénétrerait plus profondément dans toute la société et contribuerait à adoucir les mœurs comme à faire régner la justice et la paix, ne concevant pas que cette réforme pût réussir sans être dirigée par une autorité… Lire la suite
LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

Écrit par :  Jean-Noël BEZANÇON

Dans le chapitre "Rites et hiérarchie"  : …  unification romaine fut effectuée au xie siècle par le pape Grégoire VII. Cette *« réforme grégorienne » prenait acte d'une longue évolution qui avait peu à peu fait émerger un « clergé », véritable acteur de la célébration reprenant tous les rôles autrefois confiés à divers membres de la communauté, distingué des « fidèles »… Lire la suite
MOYEN ÂGE - Le monde médiéval

Écrit par :  Léopold GÉNICOT

Dans le chapitre "L'unité spirituelle"  : …  l'unité de discipline et de doctrine. On vient de rappeler la rupture dont pâtit la première. Le « *grégorianisme » en fut un des facteurs. Ce mouvement, auquel les historiens ont, de façon discutable, donné ce nom en référence à Grégoire VII (1073-1085), avait entrepris de réformer le clergé, trop souvent concubinaire ou simoniaque. Il s'aperçut… Lire la suite
ORDRES RELIGIEUX

Écrit par :  André DUVAL

Dans le chapitre "Développement et diversification des institutions"  : …  De la réforme carolingienne (ixe siècle) à la réforme *grégorienne (xie-xiie), tandis que s'accentuent cloisonnements et hiérarchies à l'intérieur de la société féodale et que prend naissance la science du droit canonique, les distinctions s'affirment et s'organisent de plus en plus entre… Lire la suite
URBAIN II, ODON DE LAGNY ou EUDES DE CHÂTILLON (1042 env.-1099) pape (1088-1099)

Écrit par :  Marcel PACAUT

… *Français d'origine, issu de la noblesse champenoise, Eudes de Châtillon, qui devint pape sous le nom d'Urbain II, fut d'abord élève aux écoles de Reims dirigées par l'écolâtre Bruno, qui devait par la suite fonder la Grande Chartreuse. Après avoir été pendant quelques années clerc séculier, Eudes se fit moine à Cluny et il y devint prieur. En 1078… Lire la suite

Afficher la liste complète (9 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média