BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PERSONNALITÉ

La personnalité rend compte de ce qui caractérise les comportements usuels d’une personne, ce qui la distingue des autres et lui confère sa singularité. Le terme « personne » vient du latin persona, qui désigne le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel (per) passe le son (sona) et correspond au terme grec du même sens, πρόσωπον. Selon cette définition, la personnalité correspond à la partie visible et audible du rôle joué par l’individu et c’est bien cette conception que Carl Gustav Jung (médecin psychiatre, 1875-1961) reprend avec son concept de persona, qui s’oppose au concept d’anima correspondant à l’âme, aux aspects latents ou inconscients. Par la suite, une modification du sens donné dans la littérature scientifique au terme « personnalité » se produit, qui rend alors compte du caractère singulier de chacun dans sa manière d’être habituelle. En psychologie, la personnalité est une construction théorique, à partir de comportements observés, de dispositions ou traits inférés, d’un mode de fonctionnement en situation, qui caractérisent un individu en particulier.

Les termes « caractère » et « personnalité » sont très proches. Si différentes recherches ont porté sur la description ou le développement du caractère au début du xxe siècle, avec notamment les travaux de l’école de Groningue, ou les premiers travaux du psychologue américain Gordon W. Allport (1897-1967), le « caractère » semble avoir quasiment disparu du vocabulaire de la psychologie scientifique au profit de la « personnalité », moins connotée moralement et moins associée à des jugements de valeur. Le « tempérament » rend quant à lui compte des aspects affectifs et émotionnels, précoces et biologiquement déterminés de la personnalité. On parle ainsi du tempérament du jeune enfant et, dans les années 1970, on se propose d’en distinguer trois types : les enfants faciles, les enfants lents à démarrer et les enfants difficiles. Ces types peuvent être décrits à l’aide de neuf caractéristiques tempéramentales, comme l’activité, la régularité, l’adaptabilité, etc. Au cours des années 198 [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

 

Pour citer cet article

Jérôme ROSSIER, « PERSONNALITÉ  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« PERSONNALITÉ » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation psychologique

Écrit par :  Albert JAKUBOWICZ

Dans le chapitre "Transitions, trames, étayages"  : …  et les espaces transitionnels sont nécessaires à l'élaboration de la structuration de la personnalité, nécessaires à l'expérimentation de la vie. Pour investir tel champ social, il convient de faire un travail psychologique. Il s'agit là de la confection de symboles, d'émotions, de souvenirs qui s'appliquent sur la personnalité en couches… Lire la suite
ADAPTATION - Adaptation sociale

Écrit par :  Raymond BOUDON

Dans le chapitre "La théorie de T. W. Adorno"  : …  travaux de T. W. Adorno et de ses collaborateurs sur la Personnalité autoritaire : certaines attitudes sont enracinées au plus profond de la personnalité, elles en composent d'une certaine manière la structure ou sont les symptômes d'un certain syndrome caractériel. Ainsi, les stéréotypes raciaux, comme l'Lire la suite
AGRESSION (psychologie sociale)

Écrit par :  Laurent BÈGUE

approfondis. Les variables psychologiques relèvent également du niveau individuel et incluent la psychopathie, la personnalité de type A, l’irritabilité, le narcissisme, les troubles psychotiques, mais aussi les croyances et attitudes de l’individu, qui sont formées par ses appartenances collectives et sa culture. Sur ce dernier point, des… Lire la suite
ALEXITHYMIE

Écrit par :  Olivier LUMINET

L’alexithymie est un trait de personnalité stable qui se caractérise par une difficulté à identifier et à distinguer les états émotionnels, une difficulté à les verbaliser, une vie imaginaire réduite, et un mode de pensée tourné vers les aspects concrets de l’existence au détriment de leurs aspects affectifs («… Lire la suite
ANALYSE TRANSACTIONNELLE

Écrit par :  Olivier JUILLIARD

Théorie de la personnalité et pratique thérapeutique permettant de rendre compte et de modifier les relations inter-individuelles, l'analyse transactionnelle (A.T.) fut développée par le psychiatre et psychanalyste américain Eric Berne (1910-1970), qui fut l'élève de Paul Federn et d'Erik Erikson. L'analyse transactionnelle… Lire la suite
BURT sir CYRIL LODOWIC (1883-1971)

Écrit par :  Georges THINÈS

L'œuvre de sir Cyril Burt est intimement liée aux développements techniques de l'analyse factorielle. Ce savant anglais, qui enseigna à Oxford, Liverpool, Cambridge, Londres et qui publia notamment The Factors of the Mind (1940), figure parmi les fondateurs de ce secteur important de la… Lire la suite
CONFORMISME (psychologie)

Écrit par :  Michel CHAMBONMichaël DAMBRUN

Dans le chapitre "Une emprise variable"  : …  Tout d'abord, la sensibilité à la pression majoritaire diffère grandement selon les personnalités. Le spectre est large, allant d'individus foncièrement respectueux des conventions sociales à ceux qui ont la volonté de préserver le sentiment d'être uniques et indépendants. Ces derniers seront ainsi plus enclins à refuser les… Lire la suite
CONSCIENCE

Écrit par :  Henri EY

Dans le chapitre "Le moi et son envers : l'autre"  : …  apparaît essentiellement historique et axiologique. Historique, en ceci que la personnalité se construit au travers des événements qui armorient chaque moment du temps perdu et dans la perspective du temps ouvert et à venir qui reste encore à remplir. Axiologique, en cela que le système de la personnalité est aussi… Lire la suite
CONSOMMATION - Comportement du consommateur

Écrit par :  Bernard DUBOISMarc VANHUELE

Dans le chapitre "L'étude des besoins et motivations"  : …  Le succès du courant centré sur les besoins a conduit certains psychologues à aller plus loin et à associer les déterminants motivationnels non pas à un acte donné, mais à un individu dont les traits de personnalité seraient ainsi identifiables. Dans l'ensemble, les travaux sur la personnalité ont donné de faux espoirs aux… Lire la suite
CORPS - Schéma corporel et image de soi

Écrit par :  Jacques POSTEL

Dans le chapitre "Genèse de l'image de soi"  : …  d'être le support de toutes les identifications narcissiques successives grâce auxquelles se constituera la personnalité. Malgré l'acquisition progressive d'une sorte de statut de symbole, l'image de soi reste quasi réelle, même chez l'adulte où le reflet spéculaire de soi peut, dans certaines conditions, revêtir ce caractère d'« inquiétante… Lire la suite
CORPS - Les usages sociaux du corps

Écrit par :  Luc BOLTANSKI

Dans le chapitre "Corps et culture"  : …  quasi réflexes qui peuvent s'exercer en dehors du contrôle explicite des individus et qui contribuent pourtant à façonner leurs goûts et leurs dégoûts, leurs répulsions et leurs désirs. C'est ce système, socialement produit, de schèmes intériorisés et de montages incorporés que l'on entend désigner lorsqu'on parle d'habitus physiqueLire la suite
CULTURALISME

Écrit par :  Marc ABELES

Dans le chapitre "Relativisme des formes culturelles et exigence méthodologique d'unité"  : …  de formation, s'appliqua, surtout à partir de 1937, à forger une théorie des rapports entre institution et personnalité. Les observations recueillies par Linton aux îles Marquises, puis chez les Tanala et les Betsileo de Madagascar seront utilisées par Kardiner dans son ouvrage majeur, The Individual in his Society. The Psychodynamics Lire la suite
DANGEROSITÉ, psychologie

Écrit par :  Nicolas FEUILLIE

considéraient la dangerosité comme une caractéristique « stable » relevant de la personnalité du sujet. Il a été montré, depuis longtemps qu’une grande majorité des prédictions du risque de violence formulées par les cliniciens, sur la seule base d’une approche structurale, produisaient le plus souvent de « faux positifs… Lire la suite
DÉLIRE

Écrit par :  Gabriel DESHAIES

Dans le chapitre "Les structures délirantes"  : …  Parler de structures délirantes ne veut pas dire qu'une espèce de forme sui generis habite ou parasite la personnalité, comme un ver le fruit. Cela signifie que la personnalité elle-même, en particulier le moi, se trouve submergée par une certaine dynamique affective, et elle tend à s'organiser ou à se… Lire la suite
DÉPERSONNALISATION

Écrit par :  Sven FOLLIN

Désignée par Dugas (1898) dans les termes où Amiel analysait ses propres expériences dans son journal intime (1883), la dépersonnalisation est décrite en psychiatrie comme un état où l'individu ne se reconnaît pas lui-même comme personne (Schilder, 1914). Observée le plus souvent au cours des phases évolutives de névroses et… Lire la suite
ENFANCE (Les connaissances) - La petite enfance

Écrit par :  Hélène STORK

Dans le chapitre "Le psychisme postnatal"  : …  l'accent sur l'influence de l'environnement et des soins maternels dans le processus de personnalisation. Occupant une place originale dans l'évolution de la théorie psychanalytique, il a souligné certains aspects du maternage dont le rôle sur le développement psychique avait été jusqu'alors négligé au profit de la prééminence accordée au… Lire la suite
ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

Écrit par :  Philippe MALRIEU

Dans le chapitre "De la naissance à l'âge de 6 ans"  : …  ou réjoui, et surtout il transforme ses émissions vocales en fonction des mots qu'il entend, et les applique aux réalités, jusqu'à désigner, vers 18 mois, les choses par leur nom. Ce sont les préludes de la personnalité sociale, caractérisée par l'instauration d'un contrôle des mouvements et des sons par les modèles sociaux… Lire la suite
ERIKSON ERIK HOMBURGER (1902-1994)

Écrit par :  Pamela TYTELL

et le sujet lui-même jouent dans la formation et les modifications successives de la personnalité et du moi. En mettant l'accent sur les problèmes propres aux adolescents et aux adultes, Erikson relativise l'importance des conflits de l'enfance et l'influence des parents. Il lui a été reproché de voir l'homme sous un jour trop optimiste et de… Lire la suite
EXTRAVERSION & INTROVERSION

Écrit par :  Georges TORRIS

L'opposition entre caractère extraverti et caractère introverti est due à C. G. Jung (dans Sur les conflits de l'âme infantile, 1910, et surtout dans Types psychologiques, 1920), qui voulait concilier ainsi les positions de Freud et celles d'Adler. « Chez Adler, écrit Jung en 1928, l'accent porte sur un sujet… Lire la suite
FROMM ERICH (1900-1980)

Écrit par :  Pamela TYTELL

Né à Francfort-sur-le-Main, Erich Fromm étudia la sociologie à Heidelberg, à Francfort et à Munich : il s'initia à la psychanalyse à l'université de Munich et auprès de l'Institut de psychanalyse de Berlin de 1923 à 1925. Il fut analysé par Hanns Sachs. À Berlin, il admire les travaux de G. Groddeck,… Lire la suite
GRAPHOLOGIE

Écrit par :  Francine GASTAMBIDE

(1741-1801) avait en effet remarqué « une analogie admirable entre le langage, la démarche, et l'écriture ». Cette analogie « exprime » la personnalité et a, dans l'écriture, l'avantage d'être dessinée et fixée. D'où le succès de la graphologie qui, historiquement, vient après l'expertise en écriture mais qui, en un siècle, va connaître un… Lire la suite
IMPULSIVITÉ

Écrit par :  Joël BILLIEUX

définie globalement comme la tendance à exprimer des comportements excessifs et non planifiés, est un concept intégré dans les principaux modèles de la personnalité. L’impulsivité représente également une dimension psychologique importante pour la compréhension et le diagnostic d’un grand nombre de troubles psychopathologiques et neurologiques… Lire la suite
INCONSCIENT

Écrit par :  Christian DEROUESNEHélène OPPENHEIM-GLUCKMANFrançois ROUSTANG

Dans le chapitre "Traitement et analyse d’information "  : …  L'importance des schémas et des croyances de base pour déterminer notre comportement et notre vie affective est à l'origine de nouvelles théories de la personnalité, conçue en fonction des styles cognitifs comme d'une psychopathologie cognitive. Ainsi, pour les cognitivistes, l'activité psychique consciente, qu'elle porte… Lire la suite
JEU - Le jeu chez l'enfant

Écrit par :  Jean CHATEAU

Dans le chapitre "La discipline du groupe"  : …  En tout cela, il ne s'agit encore que des cadres de la personnalité, mais l'élan et le dynamisme personnel trouvent aussi leur compte dans le jeu. Si celui-ci est toujours épreuve, c'est une épreuve pour la volonté. L'appel qu'il transmet, venant des modèles, est aussi un encouragement à les suivre. La compétition avec les pairs dans certains jeux… Lire la suite
KARDINER ABRAM (1891-1981)

Écrit par :  Mikel DUFRENNE

Dans le chapitre "De la psychanalyse à la théorie de la culture"  : …  à des exigences contradictoires. Il faut donc montrer l'impact de la culture sur la personnalité, un impact tel qu'on ne peut guère parler d'une nature humaine qui existerait à la manière d'un universel : le social relativise le psychologique. Et c'est ainsi – exemple célèbre – que Malinowski a pu dire que la structure de la parenté est telle chez… Lire la suite
AUTORÉFÉRENCE ET MÉMOIRE

Écrit par :  Serge BRÉDART

La procédure classique qui a permis la mise en évidence de cet effet consiste à présenter des adjectifs décrivant des traits de personnalité (par exemple, « généreux », « téméraire ») aux participants qui doivent soit porter un jugement sémantique sur ces mots (« Audacieux » veut-il dire la même chose que… Lire la suite
MOI PSYCHOLOGIE DU

Écrit par :  Daniel WIDLÖCHER

Expression qui définit une théorie générale de la personnalité, édifiée à partir des données de la psychanalyse, par un groupe de psychanalystes d'origine viennoise émigrés aux États-Unis, notamment Heinz Hartmann (1894-1970), Ernst Kris (1900-1957), Rudolf Loewenstein. Cette… Lire la suite
OBÉISSANCE (psychologie)

Écrit par :  Michel CHAMBONMichaël DAMBRUN

Dans le chapitre "Les principaux facteurs qui influent sur l’obéissance dans l’expérience de Milgram"  : …  création d’un intermédiaire (une tierce personne enverra le choc uniquement si le participant le lui demande), génère une augmentation du taux d’obéissance (92,5 p. 100). Plusieurs variables de personnalité semblent également impliquées. Les personnes ayant un haut niveau d’autoritarisme, d’amabilité et d’esprit consciencieux obéiraient davantage… Lire la suite
PERSONNE

Écrit par :  Henry DUMÉRYNicole SINDZINGRE

psychologiques de la personne se sont davantage centrées sur les problèmes du comportement, sur les interactions entre les différentes personnalités, sur les processus de l'éducation et sur l'univers de valeurs qui en formait le contexte. Ce n'est qu'au début du xxe siècle que s'est amorcée une mise en perspective générale de la catégorie de… Lire la suite
PSYCHOLOGIE DE LA CRÉATIVITÉ

Écrit par :  Maud BESANÇONTodd LUBART

Dans le chapitre "Manifestations de la créativité"  : …  la pensée métaphorique) ou aux connaissances acquises. Les facteurs conatifs englobent les traits de personnalité (comme l’ouverture aux expériences nouvelles, la tolérance à l’ambiguïté, la prise de risque, l’individualisme), les styles et la motivation. Les facteurs émotionnels font référence à l’influence de l’état… Lire la suite
PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

Écrit par :  Michel HUTEAU

Dans le chapitre "La personnalité"  : …  Les travaux sur la personnalité sont différentiels par nature dans la mesure où ils se proposent de montrer que nos conduites sont non seulement relativement cohérentes et stables, mais aussi individualisées. La psychologie différentielle décrit cette individualisation en faisant appel à des traits, le plus souvent évalués au moyen de… Lire la suite
PSYCHOLOGIE SOCIALE

Écrit par :  Laurent BÈGUE

Dans le chapitre "Psychologie sociale : perspectives européennes"  : …  religieuses individuelles et leurs corrélats. Dans la même veine, la manière dont la personnalité est appréhendée par la psychologie nord-américaine se situe fréquemment à un niveau intra-individuel, tandis qu’une tradition de recherche européenne entreprise par Jean-Léon Beauvois approche les traits de personnalité comme… Lire la suite
PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

Écrit par :  Martial VAN DER LINDEN

Dans le chapitre "Les croyances dysfonctionnelles "  : …  dépendance à des substances psychoactives. De façon plus spécifique, il a été suggéré que ces croyances métacognitives dysfonctionnelles seraient associées à un style cognitif particulier et inflexible favorisant un mode de pensée autocentré et une surveillance continue des pensées. Ce style cognitif contribue à perpétuer les pensées négatives et… Lire la suite
SCHIZOPHRÉNIE

Écrit par :  Maurice BAZOTGilles DELEUZE

Dans le chapitre "Le groupe des schizophrénies de Bleuler"  : …  Ainsi, « troisième conséquence capitale, la schizophrénie devient une maladie de la personnalité dans son avènement historico-psycho-somato-social » (C. Brisset). Elle s'exprime en particulier dans le trouble élémentaire de l'association des idées, dans l'autisme (détachement de la réalité avec repli sur soi, prédominance d'… Lire la suite
TEST DE RORSCHACH

Écrit par :  Jean-Pierre MARTINEAUYves MORHAIN

À partir d'une série de figures formées par des taches d'encre, Hermann Rorschach (1884-1922) a conçu le test de personnalité le plus utilisé par les psychologues et qui fait l'objet du plus grand nombre de publications internationales (20 000 au cours des vingt dernières années). Ce test constitue un paradigme de la… Lire la suite
TEST PSYCHOLOGIQUE

Écrit par :  Jacques GRÉGOIRE

Dans le chapitre "Les tests de personnalité"  : …  Longtemps, les tests projectifs ont été les outils privilégiés pour évaluer la personnalité. Ces tests sont basés sur le mécanisme de projection qui consiste à appréhender le monde extérieur en fonction des problématiques de son propre monde interne. Pour stimuler la projection, les personnes examinées sont invitées à interpréter et structurer une… Lire la suite
WALLON HENRI (1879-1962)

Écrit par :  Émile JALLEY

Dans le chapitre "Les stades du développement de la personnalité"  : …  La psychologie de Wallon consiste, pour l'essentiel, en une théorie des stades de développement de la personnalité enfantine. La personnalité est une construction progressive, où se réalise l'intégration, selon des rapports variables, de deux fonctions principales : l'affectivité, d'une part, liée aux sensibilités internes et orientée… Lire la suite

Afficher la liste complète (37 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.