BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

BUENOS AIRES

Capitale politique, économique et culturelle de l'Argentine, Buenos Aires est un cas exemplaire de macrocéphalie urbaine. La « tête de Goliath » rassemble plus de 13 millions d'habitants (estimation 2005), loin devant les villes de Córdoba (1,3 million d'habitants) et de Rosario (1,2 million d'habitants). La très forte concentration des richesses (plus de 50 p. 100 du P.I.B. national) et des hommes dans l'espace métropolitain est une donnée majeure de la construction du territoire argentin. Toutefois, même si Buenos Aires garde une position dominante dans l'espace national, son avenir s'inscrit chaque jour plus dans les flux mondialisés et l'intégration régionale du Mercosur. Troisième ville d'Amérique latine après São Paulo et Mexico, elle figure parmi les très grandes métropoles mondiales.

1.  Ville cosmopolite

Longtemps, Buenos Aires est apparue comme une ville singulière en Amérique latine. À la fois proche et distante de l'Europe, c'est à sa situation sur la rive ouest de l'estuaire du río de la Plata, au cœur d'une des plus riches plaines agricoles du monde, qu'elle doit son destin particulier. Comparée à Mexico ou à Lima, la ville demeure, durant toute la période coloniale, de taille modeste (44 000 habitants en 1810, à la veille de l'indépendance). Petit port de contrebande au site médiocre, élevé au rang de capitale de la vice-royauté du Río de la Plata en 1776, Buenos Aires ne prend véritablement son essor qu'avec la mise en place du modèle agro-exportateur (1880-1930). En effet, la fulgurante révolution agricole dans les Pampas insère l'Argentine dans les échanges commerciaux atlantiques. Proclamée capitale fédérale en 1880, la ville s'érige en lieu d'accumulation de la richesse pampéenne.C'est alors que le port est réaménagé dans le prolongement de la place de Mai, à Puerto Madero (1897), pour devenir le débouché des blés et des viandes exportés vers l'Europe, et la porte d'entrée des vagues d'immigrants venus « faire l'Amérique ». À l'instar [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  3 pages…

 

Pour citer cet article

PRÉVÔT-SCHAPIRA, « BUENOS AIRES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/buenos-aires/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« BUENOS AIRES » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

Écrit par :  Joseph ABRAMKenneth FRAMPTONJacques SAUTEREAU

Dans le chapitre "Le régionalisme, le réalisme et le néo-constructivisme"  : …  de la Radio construits par Gustav Peichel, le prototype étant celui de Salzbourg en 1972. Buenos Aires, au contraire, continue de promouvoir une architecture d'une certaine vitalité, même si ses formes d'expression plutôt éclectiques ne la rattachent que très faiblement au langage vernaculaire argentin, tant populaire que colonial. Dans ce cas, la… Lire la suite
ARGENTINE

Écrit par :  Romain GAIGNARDRoland LABARRELuis MIOTTICarlos QUENANJérémy RUBENSTEINSébastien VELUT

Dans le chapitre "Les mutations sociales"  : …  d'un véritable déferlement humain vers les grandes villes, et plus particulièrement Buenos Aires, vidant les campagnes et l'intérieur du pays. La population de la capitale passe ainsi de 1 600 000 habitants en 1914 à 4 700 000 en 1947 et 7 500 000 en 1960. Entre 1943 et 1952, la capitale fédérale ne reçoit pas moins d'un million de migrants le… Lire la suite
COPPOLA HORACIO (1906-2012)

Écrit par :  E.U.

Photographe argentin de l'avant-guerre, Horacio Coppola saisit dans ses clichés en noir et blanc l'énergie brute du Buenos Aires des années 1930, imposant au regard des angles audacieux et des recadrages modernistes… Lire la suite
MITRE BARTOLOMÉ (1821-1906)

Écrit par :  E.U.

Ayant grandi à Buenos Aires pendant la dictature de Juan Manuel de Rosas, Bartolomé Mitre partit, en 1837, pour un exil qui dura quinze ans. Il voyagea en Uruguay, en Bolivie et au Pérou, participa à des campagnes militaires, édita le journal… Lire la suite
PLATA LA

Écrit par :  Romain GAIGNARD

La ville de La Plata est une création politique argentine née de l'obligation de donner à la province de Buenos Aires une nouvelle capitale lorsque Buenos Aires fut reconnue capitale fédérale en 1880. À une soixantaine de kilomètres en aval de Buenos Aires, sur le ríoLire la suite
PLATA RÍO DE LA

Écrit par :  Romain GAIGNARD

L'immense estuaire (36 500 km2) du río de La Plata constitue l'embouchure des fleuves Uruguay et Paraná. Long de 250 kilomètres, large d'une centaine à la hauteur de Montevideo, mais d'une profondeur toujours inférieure à 10 mètres… Lire la suite
ROSAS JUAN MANUEL DE (1793-1877)

Écrit par :  E.U.

En 1820, le colonel Manuel Dorrego, gouverneur de Buenos Aires, nomme Rosas à la tête de la milice provinciale. Lorsque Dorrego est renversé en 1828, Rosas s'oppose au nouveau gouverneur, Juan Lavalle. Il convoque l'ancienne assemblée législative et se fait élire gouverneur le 5 décembre 1829 grâce au soutien des gauchos. Chef des fédéralistes,… Lire la suite
TEATRO COLÓN, Buenos Aires

Écrit par :  René de CECCATTY

C'est le 27 septembre 1825 que fut représentée à Buenos Aires, pour la première fois, une œuvre lyrique intégrale : Le Barbier de Séville de Rossini, au Teatro Coliseo. Mais l'actuel Opéra, le Teatro Colón, ne fut inauguré que le 25 mai 1908, avec Aïda de Verdi, après un chantier de… Lire la suite

Afficher la liste complète (8 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.