Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONOMANIE

Articles

  • GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

    • Écrit par Jacques POSTEL
    • 469 mots

    Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des...

  • MÉLANCOLIE

    • Écrit par Marie-Claude LAMBOTTE
    • 3 002 mots
    • 2 médias
    ...afin de se détacher tout à fait de la tradition des humeurs, bannirent de leur vocabulaire jusqu'au mot même de mélancolie, qu'ils remplacèrent par «  monomanie triste » ou « lypémanie ». Le vocable de mélancolie fut donc laissé aux philosophes et aux poètes, ce qui explique peut-être la suspicion qu'il...
  • PARANOÏA (histoire du concept)

    • Écrit par Jacques POSTEL
    • 3 151 mots
    ...nosologique, apparue en 1852, trouvait son origine dans certaines formes de «   mélancolies » ou délires partiels de P. Pinel, et se situait dans le cadre des «   monomanies » créé par J. E. Esquirol pour bien distinguer la mélancolie, ou lypémanie (délire triste), des délires monomaniaques dont la monomanie...
  • PSYCHOSE MANIACO-DÉPRESSIVE (histoire du concept)

    • Écrit par Maurice BAZOT
    • 3 934 mots
    ...Pinel (1745-1826), qui désigne ainsi tout «  délire général ». Son élève Jean Esquirol (1772-1840) vient obscurcir le débat en étiquetant «  monomanies » une série de délires partiels. Au milieu du xixe siècle, la « manie » reçoit son acception actuelle de syndrome mental caractérisé par...
  • TROUBLES DU CONTRÔLE DES IMPULSIONS

    • Écrit par Marc-Antoine CROCQ
    • 3 007 mots
    Les catégories diagnostiques de la kleptomanie et de la pyromanie ont été développées à partir du concept de « monomanie » créé par le psychiatre français Jean-Étienne Esquirol (1772-1840). Les monomanies étaient considérées comme des folies qui s’exprimaient dans des domaines très restreints....