9-13 avril 1996Chine – France. Visite du Premier ministre chinois Li Peng en France

 

Le 9, alors que le Premier ministre chinois Li Peng entame sa visite officielle en France, deux cent neuf parlementaires de tous les partis rendent public un Appel pour le Tibet qui réclame la « décolonisation » de ce « territoire occupé » depuis l'« invasion » chinoise de 1950.

Le 10, le dîner offert au Quai d'Orsay est marqué par un incident. En désaccord avec une phrase évoquant les droits de l'homme contenue dans le discours que devait prononcer son homologue français Alain Juppé, Li Peng arrive à la réception avec une heure de retard, après que les deux parties eurent décidé de renoncer aux toasts protocolaires. Des contrats commerciaux portant notamment sur l'achat d'avions du consortium européen Airbus, mais moins importants que prévus, sont signés, pour un montant d'environ 10 milliards de francs.

Le 10 également, Amnesty International, d'une part, une trentaine d'organisations politiques, syndicales et humanitaires réunies dans un comité « Li Peng, on n'oublie pas Tiananmen », d'autre part, organisent des manifestations hostiles au Premier ministre chinois, considéré comme le principal responsable de la répression du « printemps de Pékin » en juin 1989. Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Hervé de Charette avait assuré que la France ne mettait pas « sa conception des droits de l'homme dans sa poche » mais que « la France, grande puissance du monde présent, [devait] se tourner vers la Chine, grande puissance de demain ».

Le 11, Li Peng assiste, à l'Élysée, à la signature d'une lettre d'intention entre la société chinoise Avic et le consortium franco-italo-britannique A.I. (R.) pour la construction en commun, en Chine, d'un avion régional de cent places, avant de déjeuner avec le président Chirac.

Le 12, lors d'une réunion avec les milieux d'affaires à la Chambre de commerce et d'industrie, le Premier ministre chinois dénonce la politique commerciale des États-Unis à l'égard de la Chine, soulignant ainsi l'aspect diplomatique des accords commerciaux signés avec des firmes européennes. « Le monde progresse vers la multipolarisation, déclarera Li Peng, ce qui est plus rassurant qu'un monde dominé par un seul pays. »

Le 13, le Premier ministre chinois achève son voyage en France par une visite des usines Airbus, à Toulouse.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  9-13 avril 1996 - Chine – France. Visite du Premier ministre chinois Li Peng en France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/9-13-avril-1996-visite-du-premier-ministre-chinois-li-peng-en-france/