8-31 juillet 1998France. Affaires de dopage sur le Tour de France cycliste

 

Le 8, trois jours avant le départ, à Dublin (Irlande), du 85e Tour de France, un soigneur belge de l'équipe Festina, Willy Voet, est arrêté par des douaniers près de Lille en possession de produits dopants interdits.

Le 10, Willy Voet est mis en examen pour « importation en contrebande et circulation irrégulière de marchandises prohibées », et incarcéré. C'est la première fois que la justice, et non uniquement les instances sportives, instruit ce type d'affaire.

Le 17, après deux jours de garde à vue, le directeur sportif de Festina, Bruno Roussel, et le médecin de la formation, Éric Ryckaert, sont mis en examen notamment pour « administration, incitation à l'usage, facilitation à l'emploi de substances ou procédés dopants ». À la suite des aveux de Bruno Roussel, la direction du Tour de France prend la décision sans précédent d'exclure de l'épreuve les neuf coureurs de l'équipe Festina.

Le 23, la police perquisitionne à l'hôtel occupé par la formation néerlandaise T.V.M., où des produits dopants sont découverts, et interpelle plusieurs de ses dirigeants. Cette action est menée dans le cadre de l'enquête sur la saisie, en mars, près de Reims, de produits dopants dans un véhicule de la formation.

Les 23 et 24, cinq des neuf coureurs de Festina interrogés par la police reconnaissent s'être dopés.

Le 28, le directeur sportif et le médecin de l'équipe T.V.M. sont mis en examen et incarcérés. Ils nient toutefois avoir administré des produits dopants à leurs coureurs, qui subissent des tests médicaux.

Le 29, alors que la colère monte chez les coureurs qui s'estiment victimes de harcèlement, la police poursuit ses perquisitions dans les hôtels de diverses formations. Plusieurs équipes décident d'abandonner la course.

Le 30, la ministre de la Jeunesse et des Sports, Marie-George Buffet, dénonce « un vaste trafic de produits dopants », c'est-à-dire « des filières, des pourvoyeurs, des fabricants et de l'argent occulte ».

Le 31, l'Italien Rodolfo Massi, de l'équipe Casino, est le premier coureur à être mis en examen dans les affaires de dopage, notamment pour « importation, offre et cession de substances vénéneuses ». Le médecin de l'équipe espagnole Once est également mis en examen. Les coureurs de l'équipe T.V.M. décident à leur tour de ne pas reprendre le départ de l'épreuve.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  8-31 juillet 1998 - France. Affaires de dopage sur le Tour de France cycliste », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/8-31-juillet-1998-affaires-de-dopage-sur-le-tour-de-cycliste/