Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

8-26 août 2022

Royaume-Uni. Vague de grèves salariales

Le 8, la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, candidate favorite à la direction du Parti conservateur et donc à la tête du gouvernement, admiratrice de l’ancienne Première ministre Margaret Thatcher, promet, dans une tribune à l’Evening Standard, de s’« attaquer » aux syndicats si elle est élue, en faisant adopter « une loi d’urgence qui va rendre plus difficile le fait de paralyser les villes avec des grèves ». Elle projette d’instaurer une obligation de service minimum dans toutes les « infrastructures nationales essentielles ». La forte inflation que connaît le pays (9,4 % en rythme annuel en juin), qui n’est pas compensée par des augmentations de salaire équivalentes, suscite depuis le début de l’été un mouvement de grèves salariales dans de nombreux secteurs, notamment dans les transports. Cette vague de protestation, qualifiée d’« été du mécontentement » en référence à l’« hiver du mécontentement » de 1979, s’intensifie au cours du mois.

Le 26, l’Office of Gas and Electricity Markets (OFGEM), organisme régulateur des marchés de l’énergie qui mesure le plafond annuel des dépenses d’énergie pour un foyer moyen, établit ce montant à 3 549 livres sterling (4 140 euros) pour octobre 2022 – il était de 1 277 livres un an plus tôt. Les aides annoncées par le gouvernement en mai couvrent moins de la moitié des hausses de tarifs. Né en juin sur Facebook, le mouvement citoyen « Don’t Pay UK » incite les Britanniques à refuser de payer leurs dépenses d’énergie.

— Universalis

Événements précédents