7-24 août 1998Kenya – Tanzanie – États-Unis. Attentats anti-américains

 

Le 7, deux attentats à la voiture piégée frappent presque simultanément les ambassades américaines à Nairobi et à Dar es-Salam, capitales respectives du Kenya et de la Tanzanie. Le bilan s'élève à deux cent quarante-sept morts, dont douze Américains, à Nairobi et à dix morts à Dar es-Salam. Une organisation inconnue, l'Armée islamique pour la libération des lieux saints musulmans, revendique les deux attentats. En juin 1996, un attentat similaire avait causé la mort de dix-neuf Américains dans la base militaire américaine de Khobar, près de Dhahran, en Arabie Saoudite.

Le 9, l'Armée islamique pour la libération des lieux saints musulmans publie un communiqué dans lequel elle exige « l'évacuation des forces [...] occidentales des pays musulmans », « la levée du blocus maritime imposé autour de la péninsule arabique », « la libération [de certains] musulmans détenus aux États-Unis, en Israël et en Arabie Saoudite » – dont Cheikh Omar Abdel Rahman, chef égyptien de la Jamaa Islamiya, emprisonné aux États-Unis –, « l'arrêt de l'expropriation des richesses des musulmans, notamment la richesse pétrolière », « l'arrêt [du] soutien américain à Israël », « l'arrêt de la guerre d'éradication menée par les États-Unis contre les jeunes musulmans sous couvert de lutte contre le terrorisme » et « l'arrêt des campagnes d'extermination menées par les États-Unis contre certains peuples musulmans sous l'appellation de sanctions économiques ». Alors que le Soudan et l'Iran ont condamné les attentats, les soupçons des enquêteurs se portent vers Oussama ben Laden, riche entrepreneur déchu de sa nationalité saoudienne en 1993 et résidant en Afghanistan dont il avait financé, aidé par les États-Unis, la lutte contre l'U.R.S.S.

Le 20, les États-Unis ripostent en prenant pour cible, au Soudan et en Afghanistan, « le réseau de groupes radicaux associés à et financés par Oussama ben Laden », selon les termes du président Bill Clinton qui évoque « un combat long et permanent entre la liberté et le fanatisme ». Des missiles lancés de navires américains croisant en mer Rouge et dans le golfe Persique atteignent une usine pharmaceutique proche de Khartoum, soupçonnée de fabriquer des produits destinés à des armes chimiques, et six camps d'une « base terroriste » afghane située près de Khost, dans l'est du pays. Les capitales occidentales soutiennent cette action de représailles que Moscou condamne. Dans le monde musulman, celle-ci donne lieu à des manifestations d'hostilité, notamment au Pakistan.

Le 24, le conseil de la Ligue arabe condamne les frappes américaines contre l'usine soudanaise.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  7-24 août 1998 - Kenya – Tanzanie – États-Unis. Attentats anti-américains », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/7-24-aout-1998-kenya-tanzanie-etats-unis-attentats-anti-americains/