Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

6-14 décembre 1994

France. Procès des accusés de l'assassinat de Chapour Bakhtiar

Le 6, la cour d'assises de Paris, spécialement composée de magistrats, condamne l'Iranien Ali Rad Vakili à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans pour l'assassinat, en août 1991, à Suresnes (Hauts-de-Seine), de Chapour Bakhtiar, dernier chef de gouvernement du chah d'Iran, et de son secrétaire. Les deux autres membres du commando n'avaient pas été arrêtés. Massoud Hendi, Iranien lui aussi, est reconnu coupable de complicité d'assassinat et d'association de malfaiteurs, et condamné à une peine de dix ans de réclusion assortie d'une période de sûreté des deux tiers. Enfin, Zeynalabedine Sarahadi, employé de l'ambassade d'Iran à Berne, qui était accusé d'avoir facilité la fuite en Suisse du commando, est acquité. Les autorités de Téhéran, mises en cause au cours du procès, se félicitent du verdict qui innocente le seul accusé lié à l'État iranien.

Le 14, le Conseil d'État annule le refus du gouvernement, en décembre 1993, d'extrader vers la Suisse, en raison des « intérêts supérieurs de l'État », deux Iraniens arrêtés en France en novembre 1992 et poursuivis par la justice helvétique pour l'assassinat d'un opposant iranien près de Genève, en avril 1990. Les deux hommes avaient été renvoyés à Téhéran.

— Universalis

Événements précédents